BRISSEAU JEAN-CLAUDE (1944-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révélé par De bruit et de fureur, qui dès 1988 faisait surgir à l'écran la violence des cités de banlieue, le cinéaste Jean-Claude Brisseau reçut alors l'étiquette de champion du réalisme français. Le succès de Noce blanche (1989), porté, aux côtés de Bruno Cremer, par la composition naturaliste de Vanessa Paradis dans son tout premier rôle, ne dissipa pas ce malentendu, qui semble désormais vouer Jean-Claude Brisseau à une certaine incompréhension de son projet. En réalité c’était vers une certaine forme d’invisible qu’il était tourné : « Je crois que nous avons une vision partielle et partiale du monde. Je crois qu’il y a des choses derrière les choses. Et c’est cela que le cinéma doit montrer », expliquait-il au Monde en 2013.

Issu d’un milieu très modeste, Jean-Claude Brisseau est né à Paris le 17 juillet 1944. Instituteur puis professeur de français (dans un collège d'Aubervilliers où il était encore en poste lorsqu'il tourna son premier long-métrage pour le cinéma, Un jeu brutal, en 1983), Jean-Claude Brisseau s'est formé par la pratique du super-8 et du 16 millimètres, se vouant, en une sorte d'artisanat solitaire, à explorer tous les aspects de la création cinématographique – technique, écriture, et naturellement mise en scène –, avec une curiosité de cinéphile qui l'invitait à aller puiser son enseignement dans les grands films du passé. Le cadre est donné : l'œuvre de Brisseau, où s'exprime le désir de prolonger le dialogue avec les maîtres au-delà de l'héritage du cinéma français (ce sera Hitchcock dans L'Ange noir, en 1994), affirme sa prédilection pour les fictions d'apprentissage. C'est une valeur presque radicale qui leur est accordée : faire l'expérience de la vie, de ses énigmes, de ses épreuves, et se former aussi à la mort, c'est-à-dire ici à l'au-delà possible de toute existence terrestre. Dès Un jeu brutal, la violence de ce processus apparaît à travers le duo plutôt audacieux imaginé par Brisseau : un père assassin d'enfants et sa fille handicapée, liés par une sorte de pédagogie de la cruauté. Face à la mort, présente comme une ombre portée ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « BRISSEAU JEAN-CLAUDE - (1944-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-claude-brisseau/