POUY JEAN-BERNARD (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il soit né à Paris, ce défenseur opiniâtre du roman noir et de la littérature populaire revendique des origines occitanes. Son père, chef de gare et peintre amateur, va lui inculquer dès l'enfance le goût de la peinture. Il obtient un D.E.A. en histoire de l'art, puis il devient animateur culturel (1972-1980) au lycée d'Ivry, où il croise deux futurs romanciers, Tonino Benacquista et Maurice G. Dantec. Devenu professeur de dessin puis concepteur graphiste, il publie un peu par hasard son premier roman Spinoza encule Hegel (1983), écrit en 1977. À cette époque, lassé d'avoir toujours à raconter à ses élèves « les événements de Mai-68 », il décide d'en faire un récit ironique dans lequel diverses fractions de la gauche et de l'extrême gauche s'affrontent dans un décor futuriste à la Mad Max. Cette première publication, qui connaîtra une suite onze ans plus tard (À sec, 1998), l'incite à poursuivre une œuvre insolite et anticonformiste. Il dit d'ailleurs à ce propos ne pas se considérer comme un écrivain mais plutôt comme un auteur, ce qui l'autorise « à laisser cette impression d'inachevé » dans ses textes. Pour lui, écrire doit être une joie, un plaisir, et en adepte de Georges Perec et de l'Oulipo, il s'impose dans chacun de ses livres des contraintes formelles de construction ou d'écriture. En 1984, Jean-Bernard Pouy entre à la Série noire avec Nous avons brûlé une sainte (Prix du festival polar de Bruxelles), roman dans lequel Jeanne d'Arc est transformée en héroïne d'extrême gauche et dont le récit est construit de façon éclatée, avec une multiplicité de points de vue. Le roman suivant, Suzanne et les ringards (1985), met en scène une star de cinéma pourchassée par des tueurs, que va neutraliser un ancien gauchiste. Ce conte noir dépeint avec férocité les groupes de rock punks. La Pêche aux anges (1986), inspiré d'un fait-divers, traite des enlèvements d'enfants dans la région niçoise. Le récit linéaire est découpé en vingt-six chapitres qui débutent et s'achèvent avec chacune des lettres de l'alphabet. C'est aussi dans ce livre que Pouy évoque le philosophe Ludwig Wittgenstein et lui attribue une (fausse) citation. Ce goût du canular se retrouve dans La Clef des mensonges, où l'auteur crée de toutes pièces un philosophe, l'Autrichien Arthur Keelt, adepte du bouddhisme et auteur de Die Amsel (Le Merle). Il peaufine ce personnage dans Cinq Nazes (1990), en citant son pseudo-journal de voyage à Saint-Nazaire. Cet aspect ludique et ce goût des défis se retrouvent dans La Belle de Fontenay (1992), où l'enquête est menée par un sourd-muet, ou encore dans L'Homme à l'oreille croquée (1987), roman initiatique dont les cinquante premières pages sont consacrées à décrire un homme et une femme coincés l'un contre l'autre, sans pouvoir bouger, à la suite d'un accident de chemin de fer. La tonalité change et devient plus sombre dans RN 86 (1992), quête éperdue et douloureuse d'un homme dont l'épouse a disparu, ou dans Le Bienheureux (1994). Jean-Bernard Pouy est également l'auteur de nombreuses nouvelles et de quelques scénarios pour le cinéma. Défenseur inconditionnel du roman populaire (il a reçu le prix Paul-Féval en 1996), il crée en 1995 une série qui connaîtra un grand succès et qui a pour héros un enquêteur libertaire, Gabriel Lecouvreur, surnommé Le Poulpe. Ce fouineur moderne, libre de toutes attaches, part enquêter en France et dans le monde lorsqu'un fait-divers lu dans la presse lui paraît troublant. Chacun des volumes de la série est confié à un auteur différent, affirmé ou débutant. La série a inspiré un film, Le Poulpe (1998), réalisé par Guillaume Nicloux d'après un scénario de Patrick Raynal et de Jean-Bernard Pouy. En 2000, Jean-Bernard Pouy a également lancé la « Série grise » et, en 2006, la « Suite noire ».

Jean-Bernard Pouy

Photographie : Jean-Bernard Pouy

Jean-Bernard Pouy, romancier «noir» français, créateur de la série dont Le Poulpe est le héros. 

Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POUY JEAN-BERNARD (1946- )  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 583 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le roman noir français »  : […] Dès 1966, Francis Ryck (Yves Delville, 1920-2007) apporte un ton inédit en créant dans ses ouvrages (de type « espionnage ») un personnage nouveau, marginal et contestataire, en proie au doute et à l'utopie ( Opération millibar ). Cinq ans plus tard, Jean-Patrick Manchette (1942-1995) publie L'Affaire N' Gustro (inspiré par l'enlèvement à Paris du leader de l'opposition marocaine Mehdi Ben Barka) […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MESPLÈDE, « POUY JEAN-BERNARD (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bernard-pouy/