LOUVET JEAN-BAPTISTE (1760-1797)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris, fils d'un papetier, Louvet (qui se fit souvent appeler Louvet de Couvray pour se distinguer d'un frère aîné qu'il haïssait) débute à dix-sept ans comme secrétaire de Dietrich (le futur maire de Strasbourg), puis est commis d'un libraire quelque peu spécialisé en ouvrages licencieux, ce qui lui donne envie de tenter sa chance en ce domaine. En 1787, il publie Une année de la vie du chevalier de Faublas, que suivront, en 1788, Six Semaines de la vie du chevalier de Faublas et, en 1790, La Fin des amours du chevalier de Faublas ; l'ensemble lui vaut à la fois une certaine fortune et une renommée certaine. Au romanesque de son œuvre il joint celui de sa vie : il enlève la jeune femme d'un joaillier, mariée contre son gré et qu'il aimait depuis l'enfance, la nomme Lodoïska, du nom d'une de ses héroïnes, et va se cacher à Nemours avec elle. 1789 les ramène ensemble à Paris.

Tout naturellement, il s'enflamme pour la Révolution. Il débute par une brochure, Paris justifié, à l'éloge des journées d'octobre 1789. Il milite au club des Jacobins (il sera bientôt membre de son comité de correspondance où il succède pratiquement à Laclos, autre romancier). En 1791, il publie un nouveau roman, Émilie de Varmont, dont le sous-titre explicite les thèses : « ou le divorce nécessaire et les amours du curé Sevin ». Le 25 décembre 1791, il présente à l'Assemblée législative, au nom de la section des Lombards dont il est membre, une pétition de sa main, qui obtient un tel succès que l'Assemblée en ordonne l'impression : « Que des millions de nos soldats-citoyens se précipitent sur les nombreux domaines de la féodalité, qu'ils ne s'arrêtent qu'où finira la servitude et que les palais soient entourés de baïonnettes. » En mars 1792, il lance un journal, La Sentinelle, auquel les fonds et les soins des ministres « jacobins », Dumouriez puis Roland, assurent un gros tirage et une diffusion considérable. Louvet est un homme qui monte.

En septembre 1792, les électeurs du Loiret l'envoient à la Convention. Il s'y comporte aussitôt en G [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « LOUVET JEAN-BAPTISTE - (1760-1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-louvet/