BARDEM JAVIER (1969- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur espagnol aux multiples talents, Javier Bardem s’est fait connaître dans les années 1990.

Né dans une famille d'acteurs et de réalisateurs, le 1er mars 1969 à Las Palmas, dans l'île de Grande Canarie, Javier Ángel Encinas Bardem joue son premier rôle professionnel à l'âge de cinq ans. Après avoir brièvement étudié la peinture à Madrid, il se concentre sur sa carrière de comédien. En 1992, il attire l'attention pour son interprétation d'un mannequin pour lignes de sous-vêtements recruté afin de courtiser une ouvrière dans Jamón, Jamón (Jambon, Jambon), de Bigas Luna. Deux ans plus tard, il dépasse cette image de sex-symbol lorsqu'il campe un toxicomane dans Días contados (1994), prestation qui lui vaut le Goya du meilleur second rôle masculin. Dans Boca a boca (1995), il provoque l'hilarité des spectateurs et décroche un deuxième Goya : il incarne cette fois un jeune acteur désargenté qui devient amoureux d'une cliente alors qu'il travaille pour un réseau de messagerie érotique. Bardem campe ensuite un policier cloué à son fauteuil roulant dans Carne trémula (1997, En chair et en os) de Pedro Almodóvar.

Bien qu'il soit une grande star en Espagne, Javier Bardem demeure relativement inconnu sur la scène internationale jusqu'en 2000 ; cette année-là, il incarne Reinaldo Arenas dans son premier film en anglais, Before Night Falls (Avant la nuit), de Julian Schnabel. Bardem s'immerge complètement dans le rôle de cet écrivain cubain homosexuel emprisonné par le régime castriste dans les années 1970. Bardem devient le premier Espagnol nommé pour l'oscar du meilleur rôle masculin. Bien que submergé d'offres émanant d'Hollywood, il prend soin de choisir des rôles difficiles. En 2002, il paraît ainsi dans le thriller The Dancer Upstairs, premier film réalisé par John Malkovich, et dans le drame Los Lunes al sol (Les Lundis au soleil), où le portrait qu'il brosse d'un docker licencié lui vaut un autre Goya. Il reçoit son quatrième Goya pour son interprétation d'un tétraplégique, Ramón Sa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARDEM JAVIER (1969- )  » est également traité dans :

GONZÁLEZ IÑÁRRITU ALEJANDRO (1963- )

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 094 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chute et rédemption »  : […] C’est en Espagne, comme l’avaient fait Cuarón et del Toro, qu’Iñárritu va réaliser un film résolument différent, au scénario linéaire et au style moins flamboyant : Biutiful (2010), qui n’en préserve pas moins une bonne part de ce qui fait l’originalité du cinéaste. Javier Bardem, symbole de la précarité humaine (professionnelle, amoureuse, physi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alejandro-gonzalez-inarritu/#i_51915

Les derniers événements

18-24 février 2014 • France - MarocIncident diplomatique.

Le 18 est présenté à Paris un documentaire produit par l'acteur espagnol Javier Bardem, défenseur de l'autodétermination du Sahara occidental. Cette ancienne colonie espagnole est revendiquée et en partie contrôlée par Rabat depuis le retrait de Madrid en 1976. Le film prête à un diplomate [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Amy TIKKANEN, « BARDEM JAVIER (1969- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/javier-bardem/