ŠVANKMAJER JAN (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 4 septembre 1934 à Prague, ancien élève de l’école des Arts appliqués et de l’Académie des beaux-arts, Jan Švankmajer a travaillé par la suite au sein du groupe théâtral Laterna Magika. Réalisateur inclassable, également graveur, sculpteur, céramiste, il fait de l’animation, non du dessin animé, et pratique également la prise de vue réelle avec acteurs. Pour son compatriote Milŏs Forman, son œuvre est « un mélange de Walt Disney et de Buñuel ». Étrange comparaison qui dit la complexité de l’homme. Ses films sont longtemps restés méconnus (même dans son pays), le « rideau de fer » qui sépara l’est et l’ouest ne facilitant pas la communication avec l’étranger.

Jan Švankmajer a traversé les époques et les régimes politiques : démocratie d’avant-guerre, occupation nazie, démocratie d’après-guerre, stalinisme des années 1950, Printemps de Prague de 1968, répression sous Leonid Brejnev, retour du capitalisme après la « révolution de velours » de 1989… Constamment, il s’est efforcé d’échapper à un régime qui le muselait. On trouve dans son œuvre, qui compte une vingtaine de courts-métrages et six longs-métrages, une constante : la traque de la bêtise humaine à travers les figures de l’autorité qu’il a vu se succéder au pouvoir. Il lui sera d’ailleurs interdit de filmer entre 1973 et 1979.

À partir de 1970, il est membre du groupe surréaliste tchèque. Mais, là où le surréalisme français privilégie le recours à l’imaginaire et au merveilleux, avec le surréalisme tchèque, on descend directement dans l’enfer du quotidien, représenté de la façon la plus naturaliste possible. Les mondes qu’explore Švankmajer avec un humour grinçant sont suspendus entre rêve et réalité, jusqu’à basculer dans un cauchemar où les objets et les êtres obéissent à des lois inconnues. Pour lui, en effet, les objets ont toujours été plus vivants et plus émouvants que les êtres humains. Ils contiennent une énergie secrète qu’il veut faire jaillir. Il les sculpte, les triture, les patine, les déchire. Passionné par la matière – étoffes, limaille de fer, co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SVANKMAJER JAN (1934- )  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le long-métrage d'animation au tournant du XXe siècle »  : […] Pendant des décennies, le marché du long-métrage d'animation s'est quasi limité aux seules productions des studios Disney. Mais après la mort de « Citizen Walt », en 1966, on s'aperçoit que, d'année en année, la qualité des films baisse. Tout change au milieu des années 1980, avec l'apparition de nouveaux cadres, décidés à rajeunir leurs équipes et à intensifier la production. Dès lors, la célèbr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GÉNIN, «  ŠVANKMAJER JAN (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-svankmajer/