ROUXEL JACQUES (1931-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce ne fut pas, comme on a pu l'écrire, une « nouvelle affaire Dreyfus » divisant les familles françaises. Pourtant, les créatures dessinées de Jacques Rouxel, les stupides et pitoyables Shadoks et les gentils Gibis – dont les aventures furent mises à l'antenne à la fin des Trente Glorieuses, le 29 avril 1968, et dont la première série de 52 épisodes d'une minute fut programmée à 20 h 30, chacun s'achevant par la phrase rituelle « C'est tout pour aujourd'hui » – n'en auront pas moins exaspéré deux téléspectateurs sur trois et inspiré un volumineux courrier. L'indignation devant un programme à nul autre semblable fut encore supérieure à celle qui avait partagé la France au spectacle des bébés en celluloïd passés à la moulinette par Jean-Christophe Averty dans Les Raisins verts (1963). Mais Les Shadoks avaient aussi leurs inconditionnels, ravis de cette irruption de création débridée sur des écrans trop sages.

Jacques Rouxel, par qui le scandale est arrivé, est né à Cherbourg le 26 février 1931. Reçu bachelier au lycée français de New York, il intègre l'École des hautes études commerciales. Contrôleur dans l'Aéronavale pendant son service militaire, il cultive son goût du dessin. Après des débuts dans la publicité, il entre au service de la recherche de l'O.R.T.F., espace de liberté et d'invention que dirige le musicien Pierre Schaeffer. Grâce à l'animographe, une machine à faire des dessins animés, il crée Les Shadoks, étranges volatiles au graphisme minimaliste, ornés d'un énorme bec et montés sur d'interminables pattes filiformes. Leur langage est limité à quatre syllabes : Ga, Bu, Zo, et Meu et leur univers farfelu. Leur principale occupation consiste à pomper dans le vide : « il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer quelque chose de pire en ne pompant pas ». Servie par un commentaire, dit en voix off – et sur un irrésistible ton sentencieux – par Claude Piéplu, et par une musique cacophonique de Robert Cohen-Solal, cette hilarante série participe à la fois du nonsense anglais et de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christian BOSSENO, « ROUXEL JACQUES - (1931-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rouxel/