OUDIN JACQUES (1908-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Jacques Oudin, décédé à Paris le 15 octobre 1985, est indéfectiblement lié à trois découvertes parmi les plus marquantes de l'immunologie contemporaine : l'analyse immunochimique en milieu gélifié, les spécificités allotypiques des immunoglobulines et l'idiotypie des anticorps. Chacune de ces trois découvertes fondamentales aurait largement suffi à elle seule pour faire reconnaître Jacques Oudin par la communauté immunologique internationale (ce qui a été le cas) comme l'un des pionniers les plus féconds de l'immunochimie et de l'immunologie moléculaire. Elles devaient en faire le fondateur d'une véritable école scientifique.

Né a Dreux le 15 mai 1908, docteur en médecine en 1936 et docteur ès sciences en 1949, Oudin, entré à l'Institut Pasteur de Paris en 1937, devait y effectuer toute sa carrière : chef de laboratoire en 1944, chef du service d'immunochimie analytique en 1959, professeur en 1970. Le C.N.R.S. l'avait nommé directeur de recherche en 1964 et lui décernait sa médaille d'or en 1972, alors qu'il recevait la même année le grand prix des sciences de la Ville de Paris et par la suite le prix Charles-Léopold Meyer (1973). Élu à 1'Académie des sciences en 1979, il bénéficiait d'un très large rayonnement international qui lui valut d'être nommé membre de nombreuses académies étrangères. C'est dans une note célèbre devenue classique, rédigée en 1946 pour les Comptes rendus de l'Académie des sciences, que Jacques Oudin décrivit la méthode d'immunodiffusion des solutions d'antigènes et d'anticorps en milieu gélifié, qu'il avait mise au point. Cette technique devait se révéler comme un outil analytique qualitatif et quantitatif d'un intérêt considérable destiné à révolutionner non seulement l'immunologie mais également tous les domaines de la biologie, notamment la biochimie et la médecine.

Utilisant la méthode qu'il avait mise au point, Oudin devait orienter ses recherches sur les spécificités antigéniques des protéines et plus particulièrement celles des immunoglobulines (anticorps). Il montrait en 1956 que 1'on pouvait immuniser certains lapins contre les protéines sériques de certains autres, ce qui l'amena à distinguer (selon la terminologie qu'il devait proposer) des spécificités antigéniques isotypiques, qui pour une protéine donnée sont communes à tous les individus d'une même espèce, et des spécificités allotypiques, qui ne sont représentées que chez certains groupes d'individus de la même espèce. D'après ces données les classes et les sous-classes d'immunoglobulines sont autant d'isotypes distincts au sein desquels on peut distinguer des allotypes différents. Oudin montrait que les spécificités allotypiques des immunoglobulines représentaient l'expression de variantes affectant les gènes de structure des chaînes légère et lourde de ces molécules.

En 1963, Oudin décrivait dans un article encore une fois célèbre paru dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences, une troisième catégorie de spécificité antigénique des immunoglobulines : les spécificités idiotypiques localisées dans les régions variables des chaînes lourde et légère de ces molécules. Chaque spécificité idiotypique est particulière aux anticorps agissant contre un antigène donné qui ont été synthétisés par un individu ou par un groupe d'individus donné.

Cette découverte est incontestablement l'une des plus importantes de l'histoire de l'immunologie. Ses implications théoriques et pratiques sont considérables, ce qui explique le très grand nombre de travaux consacrés à ce domaine. Sur le plan théorique, la découverte de l'idiotypie a conduit à des expériences qui ont été cruciales pour l'appréciation du répertoire immunologique, clé de la diversité des anticorps En se basant sur l'idiotypie, Niels Jerne (prix Nobel de médecine et physiologie en 1984) devait proposer l'hypothèse du réseau. Selon cette hypothèse, les anticorps portant des marqueurs idiotypiques (idiotopes) induisent la production d'anti-idiotypes dont certains ressemblent à l'antigène original et sont de ce fait une « image interne » de cet antigène Les anti-idiotypes sont eux-mêmes régulés par des anti-anti-idiotypes, ce qui permet de postuler un rôle capital de ces systèmes dans l'homéostastie du système immunitaire.

Ignoré de l'Université, Jacques Oudin aura été l'un des plus grands immunologistes de ce temps. Son œuvre a honoré l'Institut Pasteur et la France. Il a formé une école scientifique qui a continué son œuvre grâce aux élèves qu'il a formés et aux chercheurs francais ou étrangers qui ont eu le privilège de travailler dans son laboratoire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : membre titulaire de l'Académie nationale de pharmacie, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, Paris, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., professeur à l'Institut Pasteur de Lille

Classification

Autres références

«  OUDIN JACQUES (1908-1985)  » est également traité dans :

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 372 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Protéines »  : […] Les antigènes protéiques constituent les immunogènes naturels les plus nombreux et les plus diversifiés. De nombreux vaccins bactériens et viraux sont constitués par des protéines, comme c'est le cas, par exemple, des anatoxines diphtériques et tétaniques. La plupart des protéines et de nombreux polypeptides sont immunogènes lorsqu'ils ne présentent pas une identité ou une similarité structurale […] Lire la suite

IMMUNOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 9 375 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Réactions de précipitation (immunoprécipitation) »  : […] Véritable modèle du genre par sa simplicité et son immense champ d'application, la précipitation spécifique entre un antigène et les anticorps homologues est indiscutablement la plus importante réaction Ag-Ac in vitro . Cette réaction, dans ses deux aspects qualitatif et quantitatif, aussi bien en milieu liquide qu'en milieu gélifié, a eu une importance historique considérable par les progrès thé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph ALOUF, « OUDIN JACQUES - (1908-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-oudin/