JACQUES Ier (1394-1437) roi d'Écosse (1406-1437)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième fils de Robert III, Jacques devient son héritier à la mort de son frère aîné, assassiné probablement à l'instigation de son oncle, le duc d'Albany. Robert III, à l'approche de la mort, décide d'assurer la sécurité de son fils en l'envoyant en France, mais celui-ci est pris par des marins anglais et retenu captif en Angleterre (1406). À la mort de Robert III, Albany devient régent, puis son fils Murdoch lui succède dans ses fonctions. Jacques Ier n'est libéré qu'après la mort d'Henri V (1422) ; il épouse Jeanne Beaufort et rentre en Écosse en 1424. Pour restaurer le pouvoir royal très affaibli, il doit d'abord lutter contre les nobles : il en fait arrêter un bon nombre qu'il relâche dans la plupart des cas, fait exécuter les plus dangereux des Albany et met la main sur de nombreuses terres par confiscation ou sous prétexte de défaut d'héritier. Ces mesures affaiblissent l'aristocratie et renforcent le domaine royal. Jacques Ier réorganise la justice, les finances, supprime des pensions et lève des impôts. Son règne est marqué par de fréquentes réunions du Parlement. Il s'attache à la réforme du clergé, mais, très soucieux de ses droits, il s'oppose à Rome au sujet de la nomination des évêques. Il développe l'armée tout en menant une politique étrangère prudente : s'il évite longtemps tout conflit avec l'Angleterre, il se rapproche de la France en 1436 ; un mariage est prévu entre sa fille et le dauphin Louis. Il est assassiné à la suite d'un complot aristocratique mené par le comte d'Atholl, un descendant de Robert II, mais le pouvoir est solidement établi et les assassins sont traduits en justice. Homme cultivé, poète, Jacques Ier a été un roi populaire.

—  Paul BENOÎT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  JACQUES I er (1394-1437) roi d'Écosse (1406-1437)  » est également traité dans :

ÉCOSSE

  • Écrit par 
  • Edwige CAMP-PIETRAIN, 
  • Roland MARX
  •  • 6 824 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La civilisation écossaise médiévale »  : […] Le bruit des armes se tait assez souvent pour autoriser la construction d'un système politique original, garantir les progrès de l'esprit et la diffusion de la culture, conduire aux espérances suprêmes d'une religion sans cesse plus pure et déboucher ainsi sur les grandes réformes du xvi e  siècle. L'État écossais connaît une forme d'institution p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosse/#i_14588

Pour citer l’article

Paul BENOÎT, « JACQUES Ier (1394-1437) - roi d'Écosse (1406-1437) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ier-1394-1437-roi-d-ecosse-1406-1437/