VORAGINE JACQUES DE (1228 env.-1298)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dominicain, archevêque de Gênes, Jacques de Voragine est né à Varazze, petite ville du golfe de Gênes en Italie. Issu d'une famille modeste, il entra, à l'âge de seize ans, chez les Dominicains et fut nommé, en 1276, provincial de cet ordre en Lombardie. En 1287, alors que les talents de prédicateur de Jacques de Voragine étaient déjà connus, le pape Honorius II l'envoya dans la ville de Gênes afin qu'il tentât de réconcilier les partis ennemis qui s'entre-déchiraient alors en des luttes incessantes, les guelfes et les gibelins. La réussite ne fut pas totale, mais il fut sacré archevêque de Gênes en 1292. On peut attribuer à Jacques de Voragine un certain nombre d'œuvres : des sermons qui furent très souvent réimprimés dès 1484, une apologie des frères prêcheurs intitulée Defensio contra impugnantes Fratres Praedicatores (première édition à Venise, 1504) et une chronique de Gênes : Chronicon genuense ab originis urbis usque ad. ann. 1297.

 Mais Jacques de Voragine est surtout connu comme l'auteur de la Légende dorée ou Legenda aurea, qu'il serait plus exact de traduire par Légende d'or. Toutefois, de nombreux manuscrits et les premières éditions portent le titre d'Historia lombardica sive Legenda sanctorum, titre dont la première partie ne convient en fait qu'au chapitre clxxvi de l'ouvrage, chronique intercalée derrière l'histoire anecdotique du pape Pélage. Rédigée entre 1250 et 1280, sans que l'on puisse préciser davantage la date, cette vaste compilation d'histoires des vies et des martyres des saints mêlées d'épisodes de la vie du Christ a connu dès sa parution une grande vogue. Le manuscrit le plus ancien conservé à l'heure actuelle est le Codex Monacensis 13029 de la Staatbibliothek de Munich, manuscrit rédigé en 1282 au couvent de Prüfening près de Ratisbonne. Rapidement, ces manuscrits s'enrichirent d'enluminures (ex : Ms. fr. 183 et Ms. fr. 185 de la Bibliothèque nationale de Paris, tous deux datant du début du xive siècle), et dès le xve siècle le texte est imprimé à de nombreuses reprises. Mais la Légende dorée a été considérablement élargie et amplifié [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VORAGINE JACQUES DE (1228 env.-1298)  » est également traité dans :

TARASQUE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 595 mots

La Bête de Noves , monstre hideux aux griffes plantées sur deux têtes humaines dégoulinantes de sang (annexe du musée Calvet, Avignon) peut-elle être considérée comme l'ancêtre de la tarasque rhodanienne ? (Noves est une localité située au bord de la Durance, pas très loin du confluent de celle-ci avec le Rhône, et de Tarascon qui tient son nom de cet animal fantastique). Lou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tarasque/#i_17418

Pour citer l’article

Maryse BIDEAULT, « VORAGINE JACQUES DE (1228 env.-1298) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-de-voragine/