BOUVERESSE JACQUES (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faire école sans bruit

Philosophe désillusionné, Jacques Bouveresse n'en a pas moins fait une carrière brillante : normalien, reçu premier à l'agrégation de philosophie, nommé professeur à la Sorbonne à trente-cinq ans, il est professeur au Collège de France de 1995 à 2010, à la chaire de philosophie du langage et de la connaissance. Peu connu du grand public, ce travailleur acharné et solitaire a toujours accordé un grand prix à son rôle de pédagogue. Très tôt, il a fait figure de maître et nombre de ses élèves devenus enseignants à l'Université restent marqués par sa pensée. Lui-même, toutefois, n'a jamais recherché les positions de pouvoir, ni pratiqué le « star system », ni voulu être une grande conscience ou un intellectuel au sens sartrien du terme. Pourtant c'est à lui qu'on pense lorsqu'on lit sous la plume de Valéry, dans Tel Quel : « Qu'est-ce qu'un “intellectuel” ? Ce devrait être un homme habile à se débrouiller à peu près dans sa pensée, qui la traite d'assez haut, qui ne se croie pas facilement, qui est insensible aux gros effets dans l'esprit, par la connaissance qu'il a de leurs causes, sur qui l'éloquence n'a pas de prise. Ne pas croire lui est naturel. Ou du moins se fait-il un devoir de ne donner jamais à ce qu'il entend plus de force que cette parole ne lui en porte et n'en peut porter avec elle... »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'UFR de philosophie de l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BOUVERESSE JACQUES (1940- )  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophie, morale, littérature »  : […] L'intérêt traditionnel des philosophes pour la littérature s'est pour sa part intensifié mais aussi déplacé vers une saisie plus radicale de la connaissance à l'œuvre dans les textes littéraires. Jean-Louis Chrétien poursuit ainsi ses recherches sur l'intériorité humaine – qui l'ont conduit dans une perspective phénoménologique à de belles analyses de la voix et de la prouesse, de la joie et du […] Lire la suite

LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 987 mots

Peut-être ne faut-il pas dissimuler davantage son désarroi : si L'Homme sans qualités est toujours cité comme l'un des sommets de la littérature du xx e  siècle, on peut se demander qui lit encore Musil en France, qui entretient un authentique commerce avec l'œuvre. Raison de plus pour souligner l'importance de deux ouvrages qui mettent en valeur la relation privilégiée que Musil établit avec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christiane CHAUVIRÉ, « BOUVERESSE JACQUES (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bouveresse/