LO-JOHANSSON IVAR (1901-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'Ivar Lo-Johansson, écrivain suédois, est considérable, en particulier pour l'historien des lettres de son pays. Il est l'un des représentants les plus éminents, les plus fidèles aux causes qu'il défendait, du mouvement dit des « écrivains prolétaires », dont on est fondé à penser qu'il aura constitué un des apports les plus novateurs des lettres scandinaves à la littérature occidentale du xxe siècle. On sait qu'il s'agit d'écrivains, non pas « prolétaires » à proprement parler, selon l'acception que revêt ce mot en français, mais autodidactes, liés au petit peuple, et que l'écriture libéra d'une condition souvent servile tout en favorisant une promotion sociale. Ce mouvement, qui ne constituera jamais une école, coïncide avec la montée victorieuse de la social-démocratie, chacun informant et soutenant l'autre, et apporte une véritable nouveauté par sa fraîcheur, son sens des réalités de l'existence, la force de conviction qu'il tire d'une expérience souvent amère. La foi, parfois un peu naïve, que ces auteurs professaient pour les forces bénéfiques cachées dans les profondeurs populaires fait de leurs œuvres des témoins de premier ordre. Il se pourrait que le plus représentatif, en esprit, de ces écrivains ait été Ivar Lo-Johansson. Son registre – romans, nouvelles, autobiographie –, plus limité que celui de ses homologues Eyvind Johnson et Harry Martinson, explique sans doute que le prix Nobel leur ait été décerné. On est en droit de le regretter, dans la mesure où Lo-Johansson était certainement plus proche qu'eux des sources vives de ce mouvement. Entendons que, même gagné, comme eux, à la culture « bourgeoise », il est resté plus conscient des valeurs qu'il importait de défendre. Il faut dire que cet écrivain né à Ösmo, au sud de Stockholm, sortait d'un milieu – qu'il a complaisamment dépeint – particulièrement défavorisé, celui des statare, terme intraduisible en français moderne mais qui pourrait renvoyer, malgré le décalage dans le temps, à la notio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LO-JOHANSSON IVAR (1901-1990)  » est également traité dans :

PROLÉTAIRES ÉCRIVAINS SCANDINAVES dits

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 255 mots

Dans le chapitre « Une littérature de l'émancipation »  : […] leur conférer importance et popularité. Certains sortent des milieux de statare, dont le porte-parole est Ivar Lo-Johansson : les statares étaient des paysans-soldats, taillables et corvéables à merci, sortes de serfs égarés en plein xxe siècle, dont l'existence constituait une sorte de scandale diffus. Il était tentant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrivains-scandinaves-proletaires/#i_91058

Pour citer l’article

Régis BOYER, « LO-JOHANSSON IVAR - (1901-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivar-lo-johansson/