IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre prosateur arabe, traducteur d'un recueil de fables indiennes, Kalīla wa-Dimna, traduites par la suite dans presque toutes les langues, Abū ‘Amr, et plus tard Abū Muḥammad, ‘Abd Allāh Ibn Rōzbih Ibn Dāduway dit al-Muqaffa‘, est surtout l'auteur d'essais sur le réformisme politique et administratif de la dynastie abbaside. D'origine persane, il est né à Djūr, l'actuelle Fīrūzābād. Il passe ses premières années en compagnie de son père, fonctionnaire du fisc, qui lui révèle la culture persane. Il part ensuite pour Basra, alors important centre intellectuel, où il entre au service d'une famille arabe, al-Ahtam, qui lui apprend l'arabe selon ses sources les plus pures. À l'âge de vingt ans, Ibn al-Muqaffa‘ commence sa carrière d'écrivain en entrant dans l'administration de ‘Umar Ibn Hubayra, gouverneur umayyade de la province de Kirmān. Après le coup d'État ‘abbāside, il entre en contact avec ‘Īsā Ibn ‘Alī, l'oncle des deux califes ‘abbāsides as-Saffāh et al-Manṣūr. Il se convertit à l'islam et devient alors le précepteur des neveux de ‘Īsā Ibn ‘Alī. Malgré cette conversion, l'orthodoxie d'Ibn al-Muqaffa‘ restera suspecte et il se verra toujours reprocher sa sympathie pour la Perse, ce qui n'était pas sans gravité à une époque où des Persans tels que Abū Muslim al-Ḥurāsānī, puis les Barmakides devenaient très puissants et nombreux dans un empire arabe naissant.

Ces raisons, ajoutées à d'autres facteurs personnels, ne furent pas étrangères à la perte d'Ibn al-Muqaffa‘. Chargé en effet de rédiger l'acte d'amnistie en faveur du frère de son protecteur, amnistie qui devait être accordée par al-Manṣūr, Ibn al-Muqaffa‘ mit trop de zèle à vouloir sauver ‘Abd Allāh Ibn ‘Alī : il alla jusqu'à écrire que, si le calife tuait son propre oncle, il courrait le risque « de ne plus être obéi par ses sujets » ; il ajoutait que « ses femmes pourraient être considérées comme divorcées et ses esclaves affranchis ». Pris de colère, al-Manṣūr envoya alors l'ordre secret à Sufyān b. Mu‘awiya al-Muhallabī, gouverneur de Basra et ennemi acharné de Ibn al-Muqaffa‘, de faire mourir le coupable. On lui trancha les membres et il fut jeté dans un four brûlant. Si l'on a pu dire que les motifs de la condamnation d'Ibn al-Muqaffa‘ étaient d'ordre politique ou idéologique, c'est que ses écrits, au-delà des réformes immédiates qu'ils préconisaient, pouvaient entraîner un changement des structures de l'État, voire une véritable laïcisation, et servir la cause des mawālī, étrangers ou non musulmans, surtout de ceux qui venaient de l'Iran, et qui étaient redoutés pour leur expérience politique et administrative.

Dans sa Risāla fi l-Ṣahāba, Ibn al-Muqaffa‘ attire l'attention du calife sur la nécessité de remédier au désordre judiciaire, dû aux contradictions de la jurisprudence, en créant un ensemble de lois applicables dans tout le royaume islamique et inspirées de la « raison comme guide vers le sens de la justice ». Cette dissertation sous forme épistolaire traite aussi de la nécessité de séparer l'armée de l'administration et du fisc : les militaires devraient avoir un code préconisant leurs tâches et bénéficier de traitements perçus à des dates fixes. On a dit que le contenu réformateur de cette Risāla était inspiré des systèmes politique et administratif persans ; certains historiens pensent par ailleurs que son auteur n'ignorait pas le Code de Justinien. Ce qui ne fait pas de doute, c'est que Ibn al-Muqaffa‘ appartenait à un mouvement intellectuel qui était conscient du décalage entre la pensée orthodoxe musulmane et les nouveaux besoins socio-culturels d'un empire sans cesse grandissant.

C'est dans ses deux Littératures, majeure et mineure, l'Adab kabīr et l'Adab ṣaghīr, qu'Ibn al-Muqaffa‘ paraît le plus clairement prendre son appui principal sur la raison. L'éthique est pour lui une conséquence de la recherche rationnelle, car la « raison discerne le bien du mal ». La prose d'Ibn al-Muqaffa‘ constitue un exemple de clarté et de concision qui fut rarement atteint dans la littérature arabe. Et si sa traduction de Kalīla wa-Dimna éclipse souvent le reste de son œuvre, il n'en demeure pas moins que c'est grâce à lui que la prose acquit en arabe la même importance que la poésie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IBN AL-MUQAFFA' (714-759)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'origine d'une rupture »  : […] Le contexte historique qui a présidé à cette conception de la prose explique, en grande partie, cette destinée. En effet, mis à part quelques pratiques orales de valeur inégale et de préoccupations diverses, et malgré les affirmations peu fondées de certains défenseurs, outranciers, de l'arabité, la prose a vu le jour vers la fin du i er  siècle grâce à des éléments étrangers, iraniens surtout, q […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la philosophie arabo-islamique »  : […] Évoquant les « sages des Arabes » d'avant l'islam, le théologien et historien des doctrines Abū l-Fatḥ al-Šahrastānī ( vi e  s. hég./ xii e  s. apr. J.-C.) les présente comme « un groupe peu important dont les maximes consistent en saillies du caractère et en coups de génie ». Sans préciser davantage ce qu'il pouvait considérer comme leurs productions, il les rattache ainsi à l'ensemble des littér […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mostafa Ibrahim MORGAN, « IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-muqaffa/