IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759)

Célèbre prosateur arabe, traducteur d'un recueil de fables indiennes, Kalīla wa-Dimna, traduites par la suite dans presque toutes les langues, Abū ‘Amr, et plus tard Abū Muḥammad, ‘Abd Allāh Ibn Rōzbih Ibn Dāduway dit al-Muqaffa‘, est surtout l'auteur d'essais sur le réformisme politique et administratif de la dynastie abbaside. D'origine persane, il est né à Djūr, l'actuelle Fīrūzābād. Il passe ses premières années en compagnie de son père, fonctionnaire du fisc, qui lui révèle la culture persane. Il part ensuite pour Basra, alors important centre intellectuel, où il entre au service d'une famille arabe, al-Ahtam, qui lui apprend l'arabe selon ses sources les plus pures. À l'âge de vingt ans, Ibn al-Muqaffa‘ commence sa carrière d'écrivain en entrant dans l'administration de ‘Umar Ibn Hubayra, gouverneur umayyade de la province de Kirmān. Après le coup d'État ‘abbāside, il entre en contact avec ‘Īsā Ibn ‘Alī, l'oncle des deux califes ‘abbāsides as-Saffāh et al-Manṣūr. Il se convertit à l'islam et devient alors le précepteur des neveux de ‘Īsā Ibn ‘Alī. Malgré cette conversion, l'orthodoxie d'Ibn al-Muqaffa‘ restera suspecte et il se verra toujours reprocher sa sympathie pour la Perse, ce qui n'était pas sans gravité à une époque où des Persans tels que Abū Muslim al-Ḥurāsānī, puis les Barmakides devenaient très puissants et nombreux dans un empire arabe naissant.

Ces raisons, ajoutées à d'autres facteurs personnels, ne furent pas étrangères à la perte d'Ibn al-Muqaffa‘. Chargé en effet de rédiger l'acte d'amnistie en faveur du frère de son protecteur, amnistie qui devait être accordée par al-Manṣūr, Ibn al-Muqaffa‘ mit trop de zèle à vouloir sauver ‘Abd Allāh Ibn ‘Alī : il alla jusqu'à écrire que, si le calife tuait son propre oncle, il courrait le risque « de ne plus être obéi par ses sujets » ; il ajoutait que « ses femmes pourraient être considérées comme divorcées et ses esclaves affranchis ». Pris de colère, al-Manṣūr envoya alors l'ordre secret à Sufyān b. Mu [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  IBN AL-MUQAFFA' (714-759)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'origine d'une rupture »  : […] Abdallāh ibn al-Muq̇affa‘, dont on peut dire qu'il fut le premier grand prosateur de langue arabe, est lui aussi un grand commis de l'administration califienne. Doté d'une érudition variée, il porta son attention sur la place de l'homme dans la société et les qualités morales et intellectuelles qu'il doit avoir pour échapper aux vicissitudes de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_9529

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la philosophie arabo-islamique »  : […] L'un des plus anciens prosateurs en arabe, Ibn Muqaffa‘ (mort en 140/757), traduisit non seulement des ouvrages écrits en pehlevi (dont le célèbre Kalila et Dimna), mais aussi plusieurs traités de logique d'Aristote et constitua un premier état du lexique arabe de cette discipline. On possédait déjà des traductions syriaques de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_9529

Pour citer l’article

Mostafa Ibrahim MORGAN, « IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-muqaffa/