HUPA ou NATINIXWE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens d'Amérique du Nord, qui vivaient sur le cours inférieur de la rivière Trinity, en Californie, et qui parlaient le hupa, une langue athapascan. Culturellement, les Hupa étaient proches des Karok et des Yurok ; ils avaient de fréquents échanges commerciaux avec ces derniers et troquaient des glands et de la nourriture contre des canoës en cèdre rouge, des poissons de mer, des moules et des algues ; les Yurok et les Hupa se mariaient parfois entre eux et assistaient à leurs cérémonies respectives.

Établis en bordure des rivières, les villages étaient formés d'habitations familiales où dormaient les femmes et où les Hupa gardaient leurs biens. Les hommes dormaient dans des étuves, c'est-à-dire des huttes à moitié enterrées où ils prenaient des bains de vapeur ; il y avait aussi de petites huttes où séjournaient les femmes pendant leurs règles. L'économie était fondée sur la chasse à l'élan et au cerf ; les Hupa étaient aussi des trappeurs, des pêcheurs de saumon et des collecteurs de glands. Ils fabriquaient de très beaux paniers en tressant des morceaux de racines, des feuilles et des tiges autour d'une armature de branches. La richesse se comptait en dentales (c'est probablement les Yurok qui leur fournissaient ces coquillages) et en têtes de piverts. Le chef de village était l'homme le plus riche ; c'est son fils qui héritait de son pouvoir et de ses biens ; mais, à condition d'acquérir encore plus de richesses, n'importe qui pouvait prétendre à cette dignité et à ce pouvoir. Les Hupa réglaient les insultes personnelles, les blessures et les homicides en payant le prix du sang.

La récitation de formules magiques constituait une part importante de la religion hupa. Des chamans professionnels décelaient et guérissaient les maladies ; on les payait en dentales ou en couvertures de peaux de cerf. Tous les ans, les Hupa organisaient trois danses pour le bénéfice de la communauté ; ils organisaient aussi les fêtes cérémonielles de printemps et d'automne.

Au début du xxie siècle, les Hupa sont environ 2 200 et tentent de maintenir leur langue, qui n'est plus parlée que par environ un pour cent d'entre eux.

—  Agnès LEHUEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUPA ou NATINIXWE  » est également traité dans :

YUROK & KAROK

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 594 mots

Indiens de la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord, les Yurok vivaient sur le cours inférieur de la rivière Klamath et sur la côte pacifique ; les Karok, quant à eux, étaient établis en amont sur la rivière Klamath, entre Red Cap Creek et Bluff Creek. Entre les deux groupes, il y avait surtout des différences linguistiques, les Yurok parlant une langue algonkin proche du wiyot, tandis que les Kar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yurok-et-karok/#i_39255

Pour citer l’article

Agnès LEHUEN, « HUPA ou NATINIXWE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hupa-natinixwe/