ḤIṢN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme, dont la racine évoque l'idée de sécurité, signifie en arabe « forteresse », lieu isolé retranché. On le retrouve dans la toponymie arabe en Orient, aux confins arabo-byzantins (Ḥiṣn Kayfa, Ḥiṣn Mansūr, Ḥiṣn Ziyad), au Séistan en Iran (Hisn at-Tak), et jusqu'en Castille (Isnal loz, de l'arabe Ḥiṣn al-Lawz ; Aznalcazar, de Ḥiṣn al-Qasr). C'est le nom donné par les textes arabes aux châteaux des croisés comme Hisn al-Akrâd pour le Krak des chevaliers. Ce type de château occupe un site dominant, souvent un piton escarpé peu accessible et difficile, ou une masse rocheuse isolée d'un plateau par un fossé (khandak). Sa mission est de surveiller le pays alentour et de garder les voies de pénétration. Il ne peut empêcher les expéditions de pillage et laisse passer les razzias ennemies, mais toute conquête durable de la forteresse supposait de longues opérations de siège. La solide enceinte de pierre adapte son périmètre aux accidents de terrain. Couronnée d'un chemin de ronde, elle est flanquée de tours d'angle et de bastions. Ses locaux peu spacieux comprennent des réduits pour le tir, des casernements, des magasins pour armes et vivres, des citernes souvent alimentées par captage de source. En temps de paix, les hommes de la garnison logent au pied du château avec leurs familles. À l'arrivée de l'ennemi, le ḥiṣn sert de refuge à la population et au bétail des environs.

Château du Krak des chevaliers, Syrie

Château du Krak des chevaliers, Syrie

photographie

Occupé par les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem aux XIIe et XIIIe siècles, le Krak des chevaliers fut l'une des plus imposantes forteresses des croisés en Terre sainte. 

Crédits : Ard Jongsma/YAY Micro/ Age Fotostock

Afficher

—  Nikita ELISSÉEFF

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « ḤIṢN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hisn/