HIGELIN ARTHUR dit ARTHUR H (1966- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au nom des femmes

Toujours en quête d’expériences inédites, Arthur H enregistre son quatrième album Pour Madame X (2000) dans un château médiéval. Il y accueille la chanteuse américano-mexicaine Lhasa (« Indiana Lullaby ») et se lance dans un récit chanté-parlé de plus de huit minutes, « Haka Dada ». Il compose en 1999 la bande originale d’Inséparables, un film de Michel Couvelard, et apparaît sur scène aux côtés de son père — dans un spectacle intitulé « Père/fils » —, de Brigitte Fontaine ou encore aux côtés de l’accordéoniste Marc Perrone. En 2002, seul au piano, il revisite son répertoire (il réitérera l’exercice en 2010 avec le double album Mystic Rumba). Sur ce disque intitulé Piano solo, Arthur H s’offre deux reprises : « Nue au soleil », titre interprété par Brigitte Bardot en 1963, et le standard de jazz « The Man I love », immortalisé notamment par Billie Holiday et Ella Fitzgerald. Les femmes seront encore à l’honneur dans l’opus Négresse blanche (2003), un disque fait maison, à Montmartre, où il convoque les figures de Marilyn Monroe (« Marilyn Kaddish ») ou de Bo Derek sur des mélodies plus pop que jazz.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Sabrina SILAMO, « HIGELIN ARTHUR dit ARTHUR H (1966- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/higelin-arthur-dit-arthur-h/