BECQUE HENRI FRANÇOIS (1837-1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique français qui passe pour être à la fois le dernier des dramaturges de l'ancienne école et le premier des écrivains naturalistes au théâtre, l'un des pères du Théâtre-Libre. Successivement employé dans les bureaux du Chemin de fer du Nord, à la chancellerie de la Légion d'honneur, commis d'agent de change, Becque débute à l'Opéra avec le livret de Sardanapale (1867). Il écrit ensuite un vaudeville appliqué mais sans grand intérêt, L'Enfant prodigue (1868), puis Michel Pauper (1870), drame symbolique diffus, à caractère social. L'échec complet de L'Enlèvement (1871) l'éloigne du théâtre et il devient de 1872 à 1878 chroniqueur dramatique au journal Le Peuple. Il revient à la scène avec La Navette (1878) et Les Honnêtes Femmes (1880), pièces assez réussies, et présente enfin en 1882 et en 1885 ses deux œuvres majeures, Les Corbeaux et La Parisienne.

Dans la tradition de Scribe, d'Augier et de Dumas fils, Becque, par une analyse implacable et fouillée de caractères tirés de la société parisienne sous la IIIe République, exprime son originalité dans un réalisme qui refuse les conformismes psychologiques. Les Corbeaux, usuriers doublés d'architectes et de notaires, dépouillent jusqu'à la corde une famille bourgeoise privée de son chef ; les femmes seules, brimées et victimes de leur éducation, incompétentes et désarmées dans les affaires, sont une proie de choix pour ces rapaces. La Parisienne met en scène une situation banale au théâtre, mais elle est ici décrite sans concession et réduite à sa plus simple expression. Clotilde, femme de salons, coquette, frivole et pourtant fascinante, entourée d'un fantoche et d'un jaloux, cache, sous le vernis de son personnage, le vide intérieur, la médiocrité et les appétits vulgaires d'une certaine bourgeoisie.

Ces comédies sérieuses, austères même et bien observées, écrites dans un style brillant mais concis, n'ont pas pour autant renouvelé le genre, car subsistent les « ficelles » avec toute leur lourdeur.

Outre sa production théâtrale, en comptant une pièce inachevée, Les Polichinelles, Becque a laissé trois volumes de chroniques et de polémiques : Querelles littéraires (1890), Souvenirs d'un auteur dramatique (1895) et Études sur l'art dramatique (1926). Sa correspondance a été éditée en 1926.

—  Hélène LACAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BECQUE HENRI FRANÇOIS (1837-1899)  » est également traité dans :

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le drame antibourgeois »  : […] Bien avant la fin du siècle, un retournement s'était opéré, du drame bourgeois en drame antibourgeois. Après les pièces à thèse, volontiers non conformistes, de Dumas fils, le naturalisme accentue les tendances critiques du théâtre. La Parisienne d'Henry Becque (1885) est aussi cruelle qu'un conte de Maupassant. On préférera cependant Les Corbeaux (1882) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_2583

NATURALISME, notion de

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 541 mots

Dans le chapitre « Une diffusion européenne »  : […] Autour de Zola, un cénacle se constitue, dont les membres publient en 1880 un recueil-manifeste, Les Soirées de Médan . Les principaux membres en sont les journalistes Henry Céard ( Une belle journée , 1881) et Paul Alexis, ainsi que Léon Hennique ( Pœuf , 1887) et Guy de Maupassant ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme-notion-de/#i_2583

Pour citer l’article

Hélène LACAS, « BECQUE HENRI FRANÇOIS - (1837-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-francois-becque/