HENRI DE LAUSANNE, HENRI L'HÉRÉTIQUE ou HENRI DE BRUYS (mort en 1148)

Hérétique du xiie siècle, qui avait été moine (probablement à Cluny), puis ermite, et finalement prêcheur itinérant. Vers 1116, Henri de Lausanne exhorte le peuple contre le haut clergé au Mans. Plus tard, passant par Poitiers et Bordeaux, il descend vers le midi de la France. Il prêche en Aquitaine, en Provence, et surtout dans la région de Toulouse, propageant des opinions très proches de celles de Pierre de Bruis. Henri ne reconnaît pas l'autorité des prêtres ; il refuse la nécessité d'un mandat de l'Église pour prêcher, rejette le baptême des enfants, nie l'existence du péché originel et sa transmission aux descendants d'Adam. Il considère que l'Église, essentiellement spirituelle, doit renoncer à tout signe extérieur ; que la pénitence et la prédication ne doivent pas être soumises au clergé ; que la validité de l'eucharistie dépend de la pureté intérieure du célébrant.

En 1135, Henri est reconnu hérétique par le tribunal synodal de Pise, et emprisonné. Après sa libération, il continue son activité en Languedoc. Le légat du pape confie à Bernard de Clairvaux le soin de combattre les idées d'Henri. Sur cette mission de Bernard en Languedoc (1145), on est renseigné par une lettre de son compagnon Geoffroy d'Auxerre. Les doctrines d'Henri nous sont connues principalement par un petit traité anonyme intitulé Contra Henricum scismaticum et hereticum.

—  Edina BOZOKY

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Edina BOZOKY, « HENRI DE LAUSANNE, HENRI L'HÉRÉTIQUE ou HENRI DE BRUYS (mort en 1148) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-lausanne-henri-l-heretique-henri-de-bruys/