GUDERIAN HEINZ (1888-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après être passé par les écoles de cadets de Karlsruhe et de Berlin-Lichterfelde, Heinz Guderian est nommé aspirant au 10e bataillon de chasseurs de Hanovre, en garnison à Bitche et commandé par son père. Il entre à l'école de guerre de Metz d'où il sort en 1908 avec le grade de sous-lieutenant. La Première Guerre mondiale le voit tour à tour dans les unités combattantes et les états-majors. Après l'armistice, il se spécialise dans l'étude d'une tactique appropriée à l'arme nouvelle, le char d'assaut.

Chef d'état-major de l'inspection des unités automobiles au ministère de la Reichswehr, Guderian est promu colonel en 1933, puis devient chef d'état-major du commandement des unités blindées l'année suivante. Grâce à Hitler, il peut donner corps à des doctrines assez semblables à celle que professe en France le colonel Charles de Gaulle. Il rénove l'art militaire en développant toutes les possibilités offertes à la guerre moderne par l'emploi du « moteur et de la cuirasse ».

Général de corps d'armée des unités blindées, Guderian commande le 19e corps d'armée en août 1939. A la tête de celui-ci, il joue un rôle décisif dans l'anéantissement de la Pologne. En mai 1940, face à Sedan, il prend l'initiative d'exploiter la percée initiale en lançant fougueusement ses colonnes sur les arrières des armées françaises et anglaises. Après avoir atteint Dunkerque à la tête d'une partie de ses Panzer, il rejoint l'autre partie qui était arrivée à la frontière suisse. Ces exploits lui permettent d'être promu général d'armée le 19 juillet 1940.

Puis Guderian participe, au commandement de la 11e Panzerarmee, à l'invasion de l'U.R.S.S. : il est le premier à franchir la Berezina et s'empare de Smolensk. Il n'en est pas moins disgracié par Hitler en décembre 1941, après l'échec devant Moscou, en raison des avertissements sévères qu'il a osé donner au [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUDERIAN HEINZ (1888-1954)  » est également traité dans :

FRANCE CAMPAGNE DE (1940)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 587 mots
  •  • 8 médias

Le 10 mai 1940, la guerre éclair succède à la drôle de guerre qui dure alors depuis le 2 septembre 1939. La neutralité belge pose un problème délicat à l'état-major allié. Le plan d'origine de Gamelin préconise une bataille défensive sur une ligne fortifiée en France ; l'entrée des forces alliées en Belgique n'aurait lieu que pour répondre à un appel belge. Ce plan conjugue une défensive prudent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagne-de-france-1940/#i_13770

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La campagne de France »  : […] Le dispositif de l'armée française est enfoncé à Sedan, les Panzer ayant, en application du plan Manstein, traversé les Ardennes sans dommage alors qu'on les en croyait incapables. Désormais, les troupes françaises ne pourront plus s'accrocher à aucune ligne de défense, en dépit de quelques contre-attaques heureusement menées, comme celle de la division cuirassée du général […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_13770

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « GUDERIAN HEINZ - (1888-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinz-guderian/