DRUT GUY (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En devenant champion olympique du 110 mètres haies en 1976, Guy Drut apporta à la France une médaille d’or qui masquait la pauvreté de l’athlétisme français de l’époque.

photographie : Guy Drut

Guy Drut

L'athlète français Guy Drut connut une magnifique carrière. Elle a atteint son apogée en 1976 à Montréal, quand il devint champion olympique du 110 mètres haies. 

Afficher

Guy Drut est né le 6 décembre 1950 à Oignies (Pas-de-Calais). Il se révèle en 1969, en terminant quatrième du 110 mètres haies des Championnats d'Europe. En 1972, à l'occasion des jeux Olympiques de Munich, il obtient la médaille d’argent sur cette épreuve (13,34 s, battant le record d'Europe de l'Italien Eddy Ottoz, 13,44 s en 1968), étant seulement devancé par l'Américain Rod Milburn (13,24 s). En 1974, il est champion d’Europe. En 1975, il s'attribue le record du monde (13 s, chronométrage manuel). Favori de l’épreuve aux jeux Olympiques de Montréal en 1976, il ne craque pas le jour J. Malgré le retour du Cubain Alejandro Casanas, il remporte la médaille d’or (13,30 s) du 110 mètres haies, devant Casanas (13,33 s) et l'Américain Willie Davenport (13,38 s). Il est le premier Européen vainqueur de cette épreuve aux Jeux.

Refusant l'hypocrisie, Guy Drut déclare ouvertement qu'il touche de l'argent pour courir. Sa franchise lui vaut d'être radié par la Fédération internationale. Sa carrière sportive prend fin.

Par la suite, Guy Drut se lance en politique. Élu député en 1986, il est ministre de la Jeunesse et des Sports de 1995 à 1997 dans le gouvernement d'Alain Juppé, après la victoire de Jacques Chirac à l’élection présidentielle.

En 1996, Guy Drut devint membre du Comité international olympique. Il se retira provisoirement de cette organisation en 2005, pour ne pas nuire à la candidature de Paris à l'organisation des Jeux de 2012, car il venait d’être condamné dans l'affaire des marchés publics d’Île-de-France. Il fut amnistié par Jacques Chirac en 2006.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  DRUT GUY (1950- )  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2006

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 947 mots

Dans le chapitre « Un gouvernement affaibli »  : […] Jusqu'au début de l'année 2006, le Premier ministre Dominique de Villepin semblait avoir réussi son pari et pouvoir se présenter comme un concurrent possible de Nicolas Sarkozy à l'investiture de l'U.M.P. ; la crise du contrat première embauche (C.P.E.) et, plus accessoirement peut-être, l'affaire Clearstream lui ont ôté cette perspective. Les importantes manifestations que, pendant plus d'un m […] Lire la suite

Les derniers événements

25-26 mai 2006 France. Amnistie de Guy Drut

Guy Drut était membre, à suspendre ce dernier de ses fonctions, en décembre 2005. Le 26, interrogé par les journalistes, Jacques Chirac justifie sa décision, critiquée par l'opposition ainsi que dans les rangs de la majorité, par la nécessité de « garantir la position de la France au C.I.O. ».  […] Lire la suite

26 octobre 2005 France. Jugement dans l'affaire des marchés publics d'Île-de-France

Guy Drut, député (U.M.P.) de Seine-et-Marne, est condamné à quinze mois de prison avec sursis pour avoir bénéficié d'un emploi fictif dans le cadre de l'affaire. De nombreux chefs d'entreprise sont également condamnés. L'ancien ministre et ancien président du Parti républicain Gérard Longuet, seul dirigeant de parti à être poursuivi dans cette affaire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « DRUT GUY (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-drut/