FLOURENS GUSTAVE (1838-1871)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du physiologiste Pierre Flourens, Gustave Flourens devient professeur au Collège de France, puis secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences. Licencié ès lettres et ès sciences, il est suppléant de la chaire de son père au Collège de France. Son enseignement matérialiste et antibonapartiste fait scandale et est arrêté au bout d'un an. Il séjourne alors à Londres, en Belgique, en Turquie, en Grèce et en Crête, où il participe à l'insurrection de 1866. Revenu à Paris en 1868, il collabore à La Marseillaise de Rochefort et participe à la manifestation qu'est l'enterrement de Victor Noir. Condamné par contumace, après la manifestation du 7 février 1870, il vit en Hollande, en Angleterre, en Allemagne, puis en Grèce. Il revient en France à la chute de l'Empire. Chef des bataillons de Belleville, il devient un des principaux meneurs de l'insurrection du 31 octobre. Arrêté et emprisonné, il est libéré en janvier par un commando dirigé par son ami Cipriani ; il est condamné à mort par contumace. À l'avènement de la Commune, il en est élu membre et participe à la commission de la Guerre. Le 3 avril, il prend part à une offensive contre Versailles. Flourens parvient à Rueil avec une poignée d'hommes. Las et découragé, il refuse de refluer vers Paris. Il part au hasard le long de la Seine. Caché dans une chambre, près du pont de Chatou, il est dénoncé. Le capitaine des gendarmes Desmarets le tue d'un coup de sabre. À sa mort, le « Beau Flourens » devient le personnage de légende qu'il avait rêvé d'être. On célèbre son courage, et sa tombe devient lieu de pèlerinage. Figure sympathique, exaltée, courageuse, il est le symbole d'un romantisme révolutionnaire, aimant la mort plus que la vie, l'esthétisme de l'action plus que les réalisations, les coups d'éclat plus que les stratégies calculées, l'improvisation plus que la science.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FLOURENS GUSTAVE (1838-1871)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'impuissance du pouvoir »  : […] Délivrée de la guerre extérieure, l'Assemblée des ruraux, des hobereaux et des notables que la province a élus n'a plus devant elle que ces ouvriers, ces artisans, ces petits-bourgeois de Paris, à la fois socialistes, républicains et patriotes, qu'il faut mater. Des mesures sont prises immédiatement contre la population parisienne exténuée par les souffrances du siège : la suppression des trente s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_16070

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « FLOURENS GUSTAVE - (1838-1871) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-flourens/