GUO JINGJING (1981- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Championne de plongeon chinoise, Guo Jingjing participa quatre fois consécutivement aux jeux Olympiques. Elle obtint le titre au tremplin (3 mètres) et en plongeon 3 mètres synchronisé (avec sa partenaire Wu Minxia) en 2004 à Athènes, puis renouvela cet exploit en 2008 à Pékin (avec la même coéquipière dans l'épreuve synchronisée). Ces titres, ainsi que ses multiples victoires dans les Championnats du monde de plongeon, font d'elle l'une des plus brillantes plongeuses de l'histoire de cette discipline et, peut-être contre son gré, une star dans son pays.

Guo Jingjing est née le 15 octobre 1981 à Baoding, dans la province du Hebei, à environ 140 kilomètres au sud de Pékin. Elle n'a que sept ans lorsqu'elle est repérée à l'école élémentaire par l'entraîneur de plongeon Yu Fen, devenu célèbre pour avoir prodigué ses conseils à la championne olympique Fu Mingxia. L'enfant part alors vivre à l'école de sport-études où travaille Yu Fen et progresse rapidement sous la houlette de celui-ci. À l'âge de quatorze ans, elle se voit sélectionnée dans l'équipe olympique chinoise pour participer aux Jeux d'Atlanta, en 1996. Elle ne termine certes que cinquième de la compétition de haut-vol (plate-forme à 10 mètres), mais il apparaît clairement que l'adolescente possède un réel talent, la volonté de travailler dur et une sorte d'instinct indéfinissable pour cette discipline.

Yu Fen ayant pris sa retraite après les Jeux d'Atlanta, Guo Jingjing se prépare désormais au côté de Zhou Jihong, qui fut en 1984 le premier champion olympique chinois de plongeon. Sous la houlette de ce dernier, elle enlève deux médailles d'argent, au tremplin et en plongeon synchronisé, aux Jeux de Sydney, en 2000. S'entraînant de 5 à 7 heures par jour, elle règne rapidement sur les compétitions de plongeon au tremplin : elle est championne du monde, à titre individuel comme dans l'épreuve synchronisée, en 2001, 2003, 2005, 2007 puis 2009 ; elle obtient les deux médailles d'or aux jeux Olympiques d'Athènes en 2004.

Mais, du fait du retentissement médiatique de l'événement, elle a réellement rendez-vous avec la gloire en 2008, aux jeux Olympiques de Pékin. Invaincue dans les compétitions internationales depuis 2001 (dans l'épreuve individuelle comme dans la compétition synchronisée), cette frêle jeune femme (1,63 m, 49 kg) ne peut pas décevoir son public. De fait, elle approche une sorte de perfection technique à chacun de ses plongeons, effectuant dans les airs des vrilles et des figures qui semblent défier les lois de la gravité, avant de fendre la surface de l'eau sans produire la moindre vaguelette ou presque. Comme en 2004, elle remporte les deux épreuves au tremplin.

Devenue extrêmement célèbre dans son pays natal, Guo Jingjing apparaît dans diverses publicités et dans les magazines qu'on nomme people en Occident ; elle est souvent la cible des paparazzis chinois. Ainsi, ses relations amoureuses, notamment avec l'excellent plongeur chinois Tian Liang, qui épousera une autre jeune femme, sont relatées de manière malvenue par la presse. En effet, bien que Guo Jingjing affiche un caractère naturellement extraverti et amical, elle se montre très protectrice en ce qui concerne sa vie privée, une attitude qui provoque parfois des conflits avec les journalistes.

Au début de 2011, Guo Jingjing annonce sa retraite sportive.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur exécutif de l'association des entraîneurs universitaires de natation d'Amérique (College Swimming Coaches Association of America), ancien rédacteur en chef de la revue Swimming World

Classification

Les derniers événements

1er-27 décembre 2018 Canada – Chine. Arrestation d'une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

Le 27, le président en exercice de Huawei, Guo Ping, exprime l’intention de la firme de devenir « numéro un mondial » malgré le « traitement incroyablement injuste » dont celle-ci est victime. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Phillip WHITTEN, « GUO JINGJING (1981- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guo/