TCHITCHERINE GUEORGUI VASSILIEVITCH (1872-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille aristocratique, personnage à part dans le milieu socialiste et communiste russe, Tchitcherine fut l'un des grands diplomates du jeune État soviétique. Entré en 1896 comme archiviste au ministère des Affaires étrangères, il émigre en 1904 à Berlin où il se rapproche du Parti social-démocrate allemand et devient un ami de Karl Liebknecht, puis adhère au groupe de Berlin du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (P.O.S.D.R.). Expulsé de Prusse à la fin de 1907, il est élu secrétaire de l'organisation social-démocrate russe à l'étranger. Menchevik, farouche adversaire de Lénine, il s'installe à Paris avec la rédaction de Golos sotsial-demokrata ; il combat pour l'unification de la social-démocratie russe et adhère au « bloc d'août » en 1912. À Paris, il entre à la XIVe section de la S.F.I.O. Il jouit de bonnes relations avec la gauche et l'extrême gauche du socialisme international, notamment avec l'Internationale de la jeunesse socialiste. Devenu internationaliste résolu après une brève hésitation, Tchitcherine rompt définitivement avec les mencheviks et collabore régulièrement pendant la guerre, depuis Londres, au journal de Trotski, Nache Slovo. Après la révolution de Février, il est toujours à Londres et contribue à organiser le retour en Russie des émigrés révolutionnaires. Arrêté et incarcéré à Brickstone, il est échangé en janvier 1918 contre l'ambassadeur anglais Buchanan. Dès son arrivée à Petrograd, il adhère au Parti bolchevik et devient, au commissariat du peuple aux Affaires étrangères, l'adjoint de Trotski, qu'il remplace le 30 mai 1918. Le nom de Tchitcherine est jusqu'en 1927 associé à toutes les initiatives et tentatives diplomatiques de la République des soviets. Il signe le traité de Brest-Litovsk, dirige les délégations soviétiques à Gênes et à Lausanne ; il est aussi le principal artisan des accords de Rapallo. Fidèle exécutant de la politique de Lénine, puis de Staline, extrêmement consciencieux mais mauvais organisateur, il se tient à l'écart des luttes intestines du parti. Après avoir été élu au comité central au XIVe puis au XVe congrès (1925 et 1927), il se fait soigner en Allemagne en 1928-1929 ; il est relevé de ses fonctions « sur sa propre demande » en juillet 1930 pour être remplacé par Litvinov.

—  Claudie WEILL

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « TCHITCHERINE GUEORGUI VASSILIEVITCH - (1872-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gueorgui-vassilievitch-tchitcherine/