GRIBEAUVAL JEAN-BAPTISTE VAQUETTE DE (1715-1789)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 15 septembre 1715 à Amiens, Jean-Baptiste Vaquette de Gribeauval entre comme volontaire dans l'armée française en 1732 et devient officier en 1735. À sa mort, le 9 mai 1789 à Paris, il avait le grade de général En 1757, sa connaissance de l'artillerie prussienne lui vaut d'être invité en Autriche par Marie-Thérèse et il sert dans l'armée autrichienne comme général d'artillerie pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763). Après son retour en France, il devient premier inspecteur de l'artillerie en 1776.

Gribeauval entreprend la rationalisation de l'artillerie dès 1765. Il réduit à trois (12, 8 et 4 livres) les nombreux calibres des pièces d'artillerie de campagne. Tout en réduisant la longueur et le poids des canons, il réussit à obtenir une plus grande portée avec moins de poudre grâce à l'utilisation de boulets calibrés parfaitement sphériques. Sous sa direction, l'artillerie française commence à remplacer la poudre en vrac, qui donne des quantités approximatives, par des cartouches préfabriquées plus maniables. On doit aussi à Gribeauval l'introduction de caissons à munitions équipés de roues aux mêmes dimensions que celles de l'attelage d'affût (lui-même amélioré) et interchangeables ; de la vis de pointage en hauteur et de la hausse ; et l'ajout d'essieux en fer résistants aux cahots. Autre innovation, il attelle les chevaux de trait par deux, ce qui permet d'augmenter leur capacité de traction et de réduire leur nombre. Toutes ces nouvelles méthodes contribuent fortement à augmenter la mobilité et l'efficacité de l'artillerie française de campagne.

Gribeauval divise l'artillerie française en quatre catégories distinctes sur la base de l'utilisation du canon : artilleries de campagne, de siège, de place ou côtière. Les améliorations qu'il apporte à l'artillerie contribueront aux grandes victoires militaires de Napoléon qui, lui-même formé dans l'artillerie, saura les utiliser en fin stratège.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GRIBEAUVAL JEAN-BAPTISTE VAQUETTE DE (1715-1789)  » est également traité dans :

AFFÛT

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 402 mots

Terme d'artillerie désignant l'une des deux parties d'un canon, la première étant la bouche à feu qui sert au lancement du projectile, l'affût, lui, permettant la mise en œuvre de la bouche à feu (pointage en hauteur et en direction) et son emploi dans les différentes circonstances de la guerre (mobilité stratégique et tactique). L'affût est d'abord un châssis de bois inerte ( xiv e  s.), puis les […] Lire la suite

ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • M. SCHMAUTZ
  •  • 6 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'organisation de l'artillerie ; les premiers systèmes (1730-1850) »  : […] Jusqu'au début du xviii e siècle, les responsables de l'artillerie, en France le « grand maître », devaient pour les transports et charrois s'adresser à des auxiliaires ou à des civils qui louaient leurs services. Seules quelques charges de commandement ou d'administration étaient attribuées par le roi, en général à des roturiers vite anoblis, car cette arme nouvelle était fort dédaignée par la n […] Lire la suite

APPARITION DES ARMES À FEU

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 286 mots
  •  • 1 média

En Chine, la poudre noire sert à lancer des projectiles à partir de tiges de bambou vers 1200, mais le canon n'est attesté avec certitude qu'en 1313 à Gand. Son emploi se généralise durant les sièges et sur mer pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453). De petit calibre et de faible portée, le canon de fer forgé ne peut d'abord rivaliser avec l'artillerie traditionnelle (artillerie à jet mécanique […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GRIBEAUVAL JEAN-BAPTISTE VAQUETTE DE - (1715-1789) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gribeauval-jean-baptiste-vaquette-de/