SUTHERLAND GRAHAM (1903-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre anglais à la vocation artistique précoce, Graham Sutherland s'inscrit, en 1921, à la Goldsmith's School of Art de Londres, sa ville natale. Entre 1921 et 1933, on assiste à une longue et importante période de « gestation » de l'œuvre, ponctuée par des recherches sur les valeurs du signe graphique et par l'étude de la gravure. Sutherland va d'ailleurs enseigner cette technique à la Chelsea School of Art de Kingston.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le peintre est nommé War Artiste en même temps que le sculpteur Henry Moore. Sutherland a laissé une grande quantité de dessins et d'esquisses illustrant la misère de la population anglaise réfugiée dans les abris et dans les décombres. Vers 1945, une nature grouillante, en pleine métamorphose, surgit dans des compositions où le monde animal et le monde végétal s'entrelacent en un jeu féroce d'apparences visqueuses. Monde onirique qui évoque l'univers de Max Ernst (Les Origines de la Terre, 1951, Tate Gallery, Londres). Les couleurs sont éclatantes et ajoutent une note stridente à cette nature instable et menaçante. La figure humaine disparaît dans ce chaos organique (Petite Afrique, 1955, coll. part., Cambridge). Elle apparaîtra dans des portraits que l'artiste exécutera quelques années plus tard (Edward Sackville-West, 1954, coll. part. ; Helena Rubinstein, 1957, Museum of Modern Art, New York).

Les tableaux des années 1960 de Sutherland semblent avoir trouvé des accents plus calmes, un souffle plus ample. Les toiles peintes dans le midi de la France en sont un témoignage. Les formes heurtées baignent dans une lumière qui estompe les contours des hallucinations et des fantasmes nocturnes.

En 1962, Sutherland termine une immense tapisserie, Le Christ en gloire dans le tétramorphe, dessinée pour la cathédrale de Coventry. Ses dernières œuvres se caractérisent par l'association de formes inanimées placées dans un milieu naturel (Poised Form in Estuary, 1970-1971, ou Forest with Chains, 1972).

—  Charles SALA

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  SUTHERLAND GRAHAM (1903-1980)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle : tradition et innovation »  : […] L'éclatement du milieu artistique, amorcé dès la fin du xix e siècle, se poursuit et s'amplifie à partir de 1914. Le nombre de peintres vivant loin de Londres augmente, et le « génie du lieu » semble les inspirer plus que jamais ; le Pembrokeshire est pour Graham Sutherland ce qu'était le Suffolk pour Constable. L. S. Lowry (1887-1975), lui, peint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_4814

Pour citer l’article

Charles SALA, « SUTHERLAND GRAHAM - (1903-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/graham-sutherland/