PONTIGGIA GIUSEPPE (1934-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et critique italien. Après une thèse sur la « Technique narrative d'Italo Svevo » Giuseppe Pontiggia écrit trois romans autobiographiques : La Morte in barca (1959), L'Arte della fuga (1968), Le Joueur invisible (1978). Son chef-d'œuvre, Le Rayon d'ombre, paraît en 1988. En 1989, il reçoit le prix Strega pour La Grande Sera (La Comptabilité céleste) où il cultive le dépouillement du style, l'ironie et la sensibilité poétique. Dans deux essais, Le Sabbie immobili (1991) et L'Isola volante (1996), il se livre à une analyse aiguë de la société italienne. Ses chroniques et certaines de ses critiques littéraires, publiées notamment dans le journal Il Sole/24 Ore, sont reprises en volumes : Le Jardin des Hespérides (1996) et I Contemporanei del futuro (1998), Vie des hommes non illustres (1995). Son dernier roman, Nés deux fois (2000) raconte les difficultés d'un père avec son fils handicapé.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« PONTIGGIA GIUSEPPE - (1934-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-pontiggia/