GETTER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pastilles de métaux oxydables (on utilise fréquemment les métaux alcalins ou alcalino-terreux) que l'on introduit dans les tubes électroniques au moment de la mise en place des électrodes et qui permettent de parfaire le vide dans les tubes. Le métal du getter est coulé dans une coupelle métallique ; après scellement du tube, celle-ci est violemment chauffée soit par induction à l'aide d'une bobine extérieure, soit par bombardement électronique ; dans ce dernier cas, la coupelle est disposée à proximité de l'anode du tube et électriquement reliée à cette dernière, la source d'électrons étant constituée par la cathode même du tube. Le chauffage conduit à l'évaporation du métal, qui se dépose par condensation sur l'enveloppe du tube, entraînant avec lui l'oxygène par oxydation et une partie des gaz résiduaires par sorption.

L'emploi du getter dans les tubes électroniques a diminué, en même temps que ceux-ci étaient remplacés par les transistors dans les usages courants ; cette technique de vidage demeure employée dans les tubes de puissance et les tubes cathodiques.

—  Jean-Pierre LÉVIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GETTER  » est également traité dans :

CÉSIUM

  • Écrit par 
  • Roger NASLAIN
  •  • 1 137 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications »  : […] En dehors de quelques applications en chimie analytique (complexes colorés), les principaux usages du césium découlent de sa très grande sensibilité à l'oxydation ( getter dans les tubes électroniques) et surtout de son faible potentiel d'ionisation. Cette dernière propriété fait utiliser ce métal : pour la fabrication de cathodes photo- ou thermo-émissives ; en magnétohydro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesium/#i_3086

PHOTOVOLTAÏQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MULLER
  •  • 13 219 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Performances photovoltaïques des matériaux obtenus par solidification directionnelle »  : […] Les rendements de conversion, qui étaient de l'ordre de 8 à 10 p. 100 avant 1980, sont actuellement de près de 20 p. 100 pour une cellule de laboratoire de 2 cm × 2 cm (M. Green) et de plus de 17,5 p. 100 pour de grandes plaquettes industrielles de 15 cm × 15 cm de côté. Les progrès des performances photovoltaïques s'expliquent par l'amélioration constante de la qualité des matériaux, mais égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photovoltaique/#i_3086

RUBIDIUM

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 284 mots

Élément chimique de numéro atomique 37 et de symbole Rb, le rubidium (latin rubidus , rouge foncé) doit son nom à la couleur rouge de son spectre. C'est un métal alcalin mou, d'éclat blanc argenté, découvert par voie spectroscopique par R. Bunsen (1861) et G. R. Kirchhoff dans l'eau minérale de Dürkheimer. De masse atomique 85,47, il a une température de fusion de 38,9  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubidium/#i_3086

ZIRCONIUM ET HAFNIUM

  • Écrit par 
  • Marcel ARMAND
  •  • 1 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Utilisation »  : […] Le gainage du combustible des réacteurs à eau constitue l'utilisation la plus importante du zirconium : il s'agit le plus souvent de tubes minces (épaisseur 0,7 mm, diamètre 10-15 mm, longueur 4 m), mais de nombreuses pièces de structure du cœur sont également en alliage de zirconium. Quant au hafnium, son débouché dans ce domaine reste limité pour l'instant aux barres de contrôle des réacteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zirconium-et-hafnium/#i_3086

Pour citer l’article

Jean-Pierre LÉVIS, « GETTER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/getter/