GÓMEZ DE AVELLANEDA GERTRUDIS (1814-1873)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dramaturge et poétesse cubaine, Gertrudis Gómez de Avellaneda est considérée comme l'un des principaux écrivains romantiques du xixe siècle et comme la grande figure féminine qui a marqué la poésie de son temps.

Née le 23 mars 1814 à Puerto Príncipe, Gertrudis Gómez de Avellaneda quitte son île natale en 1836 et embarque pour l'Espagne, où elle passera le restant de ses jours, à l'exception d'une brève période entre 1859 et 1863. Durant les années passées à Cuba, elle exerce une forte influence sur la littérature nationale. Ses premiers poèmes, publiés à l'origine sous le pseudonyme La Peregrina (« la femme pèlerin »), sont réunis en 1841 sous le titre Poesías líricas (« Poèmes lyriques »). Mêlant le style classique de Manuel José Quintana à sa propre vision romantique, teintée d'un pessimisme qui trouve sa source dans de nombreuses souffrances personnelles, ces textes figurent parmi les plus poignants de la littérature espagnole. Les pièces de Gertrudis Gómez de Avellaneda, remarquables par leur diction poétique et leurs passages lyriques, reposent essentiellement sur des faits historiques. Alfonso Múnio (1844) est ainsi inspiré de la vie d'Alphonse X, tandis que Saúl (1849) est un drame biblique, qui très bien accueilli par le public. Les romans de cet écrivain cubaine, tels que Sab (1841), dénonciation de l'esclavage à Cuba, et Guatimozín (1846), sont en revanche presque complètement tombés dans l'oubli. Le destin de Gertrudis Gómez de Avellaneda a inspiré plusieurs biographies. Elle s'est éteinte le 1er février 1873 à Madrid.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  GÓMEZ DE AVELLANEDA GERTRUDIS (1814-1873)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « « Indianisme » et débuts de l'« indigénisme » »  : […] Si Enriquillo (1878), de Manuel de Jesús Galván (Saint-Domingue), qui retrace l'établissement des Espagnols dans les Caraïbes, et singulièrement la figure du père Bartolomé de Las Casas, propose un modèle de reconstitution historique, en revanche, rien de plus suspect que l'historicité des romans « indianistes », dont le Guatimozín de la Cubaine Gertrudis Gómez de Avellanada, l' Anaida (1860) du […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une littérature »  : […] Pendant la première moitié du xvi e  siècle, la ville de Saint-Domingue devient la capitale culturelle du Nouveau Monde, et de son Université et de ses couvents sortent les premiers manuels d'évangélisation et les premiers traités d'ethnologie qui constituent l'apport essentiel de la littérature missionnaire. Néanmoins, durant l'époque coloniale, la littérature fut loin d'avoir, à Saint-Domingue, […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GÓMEZ DE AVELLANEDA GERTRUDIS - (1814-1873) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gertrudis-gomez-de-avellaneda/