CURZON GEORGE NATHANIEL, marquis de Kedleston (1859-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un pasteur du Derbyshire, brillant élève à Eton et étudiant à Oxford, très tôt attiré par l'Orient, Curzon entame en 1884 une belle carrière politique dans les rangs du Parti conservateur britannique. Protégé par lord Salisbury, dont il est devenu à cette date le secrétaire adjoint, il réussit à se faire élire au Parlement en 1886. Revenu de ses premiers enthousiasmes pour le torysme démocratique, il manifeste une passion grandissante pour les affaires étrangères et coloniales et aussi pour les grands voyages : il parcourt le monde de 1887 à 1894, de la Russie à la Chine, du Canada au Japon, de l'Inde à la Perse. Ses articles du Times et les trois ouvrages qu'il consacre successivement à la Russie, à la Perse et à l'Extrême-Orient établissent sa réputation d'expert des affaires asiatiques. Sous-secrétaire d'État à l'Inde en novembre 1891, sous-secrétaire d'État parlementaire aux Affaires étrangères en 1895, il reçoit en août 1898 la vice-royauté de l'Inde. À ce poste, il peut peser de toute son influence en faveur d'une vigoureuse politique de contrôle du golfe Persique. Il entreprend d'importantes réformes administratives, assainit les finances, crée la North-West Frontier Province, conférant un lustre certain à son « règne ». Mais ses démêlés avec l'administration métropolitaine et certains de ses subordonnés en Inde, en particulier avec le général Kitchener, hâtent sa démission en 1905. Sa vie politique connaît ensuite une éclipse ; doté en 1898 d'une pairie irlandaise, il accepte en 1908 d'occuper aux Lords un siège représentatif irlandais : il y contribuera à l'apaisement et au compromis sur la réforme constitutionnelle de 1911. En novembre de cette même année, il est élevé à la pairie en Angleterre et reçoit un titre de comte. Lord du Sceau privé dans le gouvernement de coalition de 1915, il entre dans le cabinet de guerre de Lloyd George, avec le portefeuille de lord-président du Conseil. Ministre des Affaires étrangères par intérim de janvier à octobre 1919, il remplace définitivement à ce poste lord Balfour ; de 1919 à 1922, il tente de donner quel [...]

George Curzon

George Curzon

Photographie

Le Britannique George Nathaniel Curzon (1859-1925), vice-roi des Indes de 1899 à sa démission, en 1905. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CURZON GEORGE NATHANIEL, marquis de Kedleston (1859-1925)  » est également traité dans :

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le Tibet entre l'Angleterre et la Chine »  : […] Depuis 1792, le Tibet s'était hermétiquement fermé aux étrangers, le clergé et le gouvernement impérial étant d'accord pour mener cette politique. Mais elle se heurtait de plus en plus à l'expansion anglaise ; pour les vice-rois de l'Inde britannique, qui se méfiaient des intrigues russes en Asie centrale, le Tibet était le glacis de la forteresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_21328

Pour citer l’article

Roland MARX, « CURZON GEORGE NATHANIEL, marquis de Kedleston (1859-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-nathaniel-curzon/