COSTAKIS GEORGE (1912-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un commerçant grec installé à Moscou, George Costakis est né dans cette ville en 1912. Modeste employé à l'ambassade de Grèce à partir de 1929 puis à l'ambassade du Canada à partir de 1943, George Costakis était avant tout collectionneur ; attaché aux héros de l'avant-garde russe des années 1920 (en particulier Malévitch, El Lissitzky, Popova, Rodtchenko, Klioun), il avait tapissé de leurs œuvres les murs de son appartement moscovite. Au début des années 1970, le monde occidental découvrait dans la presse les photos de cet appartement et se demandait comment une collection d'une telle importance avait pu être constituée librement en U.R.S.S. Certains ont même supposé que Costakis était une taupe à la solde du K.G.B.

Les chiffres surprennent. The George Costakis Collection : Russian Avant-Garde (New York, 1981), livre-catalogue publié sous la direction d'Angelica Rudenstine, comprend près de mille deux cents numéros, or il est loin d'être complet : la totalité des œuvres que Costakis emporta avec lui quand il émigra, en 1977, est reproduite, mais seulement cent vingt-deux de celles qu'il donna à la galerie Trétiakov, ce qui représente une infime fraction de sa donation. Encore faut-il ajouter à ces chiffres près de mille œuvres sur papier volées à Costakis en 1974, et les nombreux dons qu'il fit à ses amis. Malgré cela, la collection Costakis demeure aujourd'hui l'ensemble le plus vaste au monde (et le plus varié) d'œuvres de l'avant-garde russe.

Sur les conditions mêmes de la constitution de la collection, tous les témoignages concordent : lorsque Costakis commença à acheter l'art des années vingt, personne n'en voulait, les rares artistes survivants se désintéressaient de leurs œuvres de jeunesse, les héritiers étaient souvent trop heureux de s'en débarrasser. Les prix étaient dérisoires, les appointements des employés, même modestes, de l'ambassade du Canada très élevés, les sacrifices que Costakis était prêt à faire, considérables, le droit de collectionner en privé était reconnu en U.R.S.S. : nul besoin du K.G.B. (au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « COSTAKIS GEORGE - (1912-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-costakis/