GÉOLOGIEGéologie de l'ingénieur

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthodes

La géologie de l'ingénieur consiste d'abord en une série de reconnaissances exhaustives : on tient compte de toutes les particularités naturelles ou anthropiques du sol et du sous-sol, des multiples sujétions inhérentes à un projet donné, des répercussions des travaux sur les conditions préexistantes. Les observations naturalistes s'effectuent avec la rigueur scientifique nécessaire à une analyse qualitative poussée, mais leur échelle, leur densité, leur caractère quantitatif sont souvent fixés par le type d'ouvrage à réaliser.

Ce travail exige la création d'une équipe interdisciplinaire en relation avec les ingénieurs de projet et d'exécution, sans lesquels le choix des éléments à mettre en évidence risque d'être inexact ou incomplet. L'obligation de respecter les délais et les budgets, et de parler une langue commune, renforce encore cette tendance interdisciplinaire. On commence par dresser collégialement l'inventaire de la documentation disponible, des faits à relever, des paramètres à déterminer et des modalités de recherches utilisables ; puis, on décide du choix des essais à réaliser et on procède à l'échantillonnage aux endroits requis ; enfin on obtient les données exigées par des recherches croisées qui assurent un contrôle mutuel de ces données. L'interprétation en commun des résultats ne marque pas le terme d'une collaboration qui se maintient au cours de l'exécution et même à l'occasion de contrôles ultérieurs.

Les procédés mis en œuvre, qui ne cessent de se multiplier, sont de plus en plus élaborés et complémentaires. Par exemple, en région karstique, la prospection géophysique utilise concurremment les méthodes sismique, gravimétrique, électrique, magnéto-électrique, et l'on fait appel à toute une gamme de procédés depuis la photogéologie et ses perfectionnements (infrarouge, par exemple), les diagraphies variées (sondages : sonic, gamma-gamma, gamma-neutron, mesures de résistivités...), etc. jusqu'à l'auscultation acoustique ou l'enregistrement aéroporté de l'intensité du flux thermique à la surface du sol.

Les études de géologie de l'ingénieu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Liège, membre honoraire de l'Académie royale des sciences d'outre-mer

Classification

Autres références

«  GÉOLOGIE  » est également traité dans :

GÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 878 mots

Au moyen âge la geologia était l'étude de tout ce qui était terrestre, par opposition au divin : en faisaient partie aussi bien les sciences humaines que les sciences de la matière. Le terme « géologie » n'a pris le sens de science de la Terre qu'au xviie siècle, mais il y eut des « géologues » bien avant – […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

La géologie s'est constituée en une science organisée avec une étonnante rapidité, au début du xixe siècle. Depuis lors, elle s'est progressivement développée, enrichie et diversifiée. Les historiens sont intrigués par cette brusque naissance, et par tout ce qui a précédé : pourquoi une si longue et laborieuse préparation ? Or, lors de sa grande éclos […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

La géologie moderne a pour but de mieux décrire et comprendre la structure et l'évolution du monde minéral, en interaction avec les enveloppes fluides et la biosphère, à toute échelle de temps et d'espace. Science exploratoire, elle l'a été historiquement en premier lieu pour la collecte d'échantillons, la description de paysages et d'affleurements (coupes […] Lire la suite

ACTUALISME ET CATASTROPHISME

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 2 436 mots
  •  • 1 média

La géologie est une science qui a pour objet l'étude de la Terre et de son histoire. La reconstitution du passé de notre globe nécessite, à partir de l'étude de traces anciennes, l'élaboration d'hypothèses qui sont notamment fondées sur le principe des causes actuelles . Ce principe postule que les processus géologiques passés sont identiques à ceux que l'on observe actuellement (érosion, sédimen […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

ANTHROPOCÈNE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 468 mots
  •  • 2 médias

En 2002, le chimiste et météorologue Paul Crutzen suggère une nouvelle subdivision géologique de l’ère quaternaire, caractérisée par les conséquences des activités humaines sur la planète, qu’il nomme Anthropocène. Cette proposition présente des caractéristiques inédites et la notion d’Anthropocène fait encore débat. En revanche, l’idée que l’homme est devenu une « force géologique » est loin d’ê […] Lire la suite

ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

  • Écrit par 
  • Djillali HADJOUIS
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « De l’agronomie et la paléontologie »  : […] Camille Louis Joseph Arambourg est né en 1885 à Paris. Son père, issu d’une famille de notables installée dès le xix e  siècle dans l'Oranais (Ouest algérien), s'est lancé dans la production viticole. Celui-ci, voyant son fils achever ses études d'ingénieur agronome en 1908 après deux baccalauréats passés à Paris, le sollicite pour mettre en place une meilleure irrigation de ses vignobles. Les amé […] Lire la suite

BAGOMBÉ RÉACTEUR NUCLÉAIRE NATUREL DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 570 mots

Le gisement d'uranium d'Oklo, au Gabon, présente une particularité unique au monde : véritable curiosité géologique, il est constitué d'une quinzaine de réacteurs nucléaires naturels qui fonctionnent sur un principe équivalent de ceux qui sont réalisés par l'homme pour la production d'électricité. La Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), une filiale de la Cogema (Areva depuis 2006 […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie moderne »  : […] La période moderne de la cartographie topographique commence avec les grandes réalisations du xix e  siècle. Elle est notamment illustrée en France par la carte de l'état-major, au 1 :80 000 en hachures, qui servit de prototype à plusieurs autres cartes européennes. Les travaux de cette carte, commencés en 1818, durèrent jusqu'en 1880 (et même 1882 pour la Corse). Construite sur le canevas de Bon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon CALEMBERT, « GÉOLOGIE - Géologie de l'ingénieur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-geologie-de-l-ingenieur/