DE HAVILLAND GEOFFREY (1882-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur et constructeur d’avions, Geoffrey De Havilland a été une des figures importantes de l’aéronautique britannique.

Né le 27 juillet 1882 près de High Wycombe (Buckinghamshire), en Angleterre, Geoffrey De Havilland, fils d’un pasteur anglican, découvre, à l’âge de douze ans, sa vocation dans les récits du pionnier de l’air anglais Hiram Maxim. En 1908, il obtient de son grand-père un prêt qui lui permet de construire un biplan et son moteur, avec deux hélices propulsives et un gouvernail de profondeur à l’avant. Les premiers essais de l’aéroplane se concluent par un crash, en décembre 1909. Il réalise un deuxième appareil à bord duquel il apprend à piloter. Les performances de la machine attirent l’attention de l’armée : non contente d’acquérir l’avion, celle-ci lui propose un poste à la Balloon Factory de Farnborough d’où, en 1914, il rejoint l’Aircraft Manufacturing Company (ou Airco), comme chef dessinateur et pilote d’essai. Le biplan bombardier de jour DH-4 ainsi que les bombardiers DH-9 et DH-10 représentent alors ses principales réussites.

Le 28 septembre 1920, il fonde la De Havilland Aircraft Company, dont l’usine, d’abord localisée à Stag Lane, s’installe à Hatfield, futur haut lieu de la production de biplans civils. Le constructeur crée bientôt le moteur Cirrus de 60 chevaux. Il en résulte la naissance du fameux biplan DH-60 Moth, un des premiers appareils économiques et sûrs, rapidement adopté par les aéro-clubs. Viendront, en 1932, le triplace DH-80 A Puss-Moth et le DH-82 Tiger Moth, l’un des meilleurs avions d’entraînement jamais construits. En parallèle, la firme sort le DH-84 Dragon, un bimoteur de transport militaire, suivi, en 1933, du quadrimoteur DH-86 Express. En 1934, arrive sur le marché le bimoteur DH-89 Dragon Rapide et surtout le DH-88 Comet qui s’illustrera avec des records de vitesse. Ainsi, le Comet de Charles W. Scott et de Tom Campbell Black gagne la course aérienne Londres-Melbourne en octobre 1934, en avalant les 18 185 kilomètres en 70 heures, 54 minutes et 18 secondes.

Cependant, le DH-98 Mosquito, mis en service en 1941, demeure le chef-d’œuvre de Geoffrey De Havilland. Affecté avec succès au bombardement, à la reconnaissance photographique ou à la chasse de nuit, essentiellement construit en bois pour cause de pénurie de métal, mais à plus de 8 000 exemplaires, ce bimoteur demeure l’un des meilleurs avions de la Seconde Guerre mondiale.

DH-98 Mosquito, avion

Photographie : DH-98 Mosquito, avion

Construit par le Britannique Geoffrey De Havilland, le DH-98 Mosquito (DH pour De Havilland) fut un des appareils les plus performants de la Seconde Guerre mondiale, aussi efficace et redoutable comme chasseur, bombardier ou appareil de reconnaissance. 

Crédits : Museum of Flight/ Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

Avant la fin des hostilités, la firme entreprend la production de l’avion à réaction DH-115 Spider Crab, rebaptisé Vampire, qui effectue son premier vol le 20 septembre 1943. On ne saurait passer sous silence le monoréacteur à aile en flèche DH-108, à bord duquel John Derry est le premier britannique à franchir le mur du son le 6 septembre 1948. Geoffrey De Havilland réussit un autre tour de force technologique avec le DH 106 Comet, premier quadriréacteur commercial au monde, qui réalise son premier vol le 27 juillet 1949, avant sa mise en service par la British Overseas Airways Corporation (B.O.A.C.), le 2 mai 1952. Mais divers incidents survenus dès la mise en service et, surtout, la désintégration en vol de deux appareils, les 10 janvier et 8 avril 1954, à la suite d’une fatigue accélérée de structure dite de pressurisation, entraînent l’arrêt de l’exploitation de cet appareil. L’avion, modifié, devenu le Comet 4 ou 4 C, ne retrouve pas le ciel avant octobre 1958.

Si la carrière du Comet tourne court, Geoffrey De Havilland lui donne un successeur : le triréacteur de transport civil DH-121 Trident. Cet ultime appareil à porter les initiales de son constructeur vole sous les couleurs de la British European Airways (B.E.A.) à partir du 9 janvier 1962.

Surnommé « DH » par ses proches, cet entrepreneur comblé paie néanmoins un lourd tribut sur l’autel du progrès aéronautique car deux de ses trois fils se tuent au cours d’essais en vol : John De Havilland disparaît le 23 août 1943 dans la collision de son Mosquito avec un autre appareil, tandis que Geoffrey De Havilland Jr. trouve la mort le 27 septembre 1946 alors qu’il tentait de franchir le mur du son aux commandes du DH-108 no 2.

Geoffrey De Havilland s’est éteint le 26 mai 1965, à l’hôpital Watford Peace Memorial, dans le Hertfordshire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien de l'aviation, membre de l'Académie de l'air et de l'espace

Classification

Pour citer l’article

Bernard MARCK, « DE HAVILLAND GEOFFREY - (1882-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-de-havilland/