GEAI DES CHÊNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oiseau de petite taille, au plumage brun rosé et aux ailes barrées de bleu, fréquentant les bois et les forêts d'Eurasie et d'Afrique du Nord. Classe : Oiseaux ; ordre : Passériformes ; famille : Corvidés.

Facilement identifiable par son plumage, ses courtes ailes noires aux plumes rayées de bleu, son puissant bec noir et ses yeux bleus, le geai des chênes (Garrulus glandarius) ne dépasse pas 37 centimètres de longueur pour un poids de quelque 200 grammes. Comme tous les Corvidés, il porte à la base de la mandibule supérieure des vibrisses qui cachent plus ou moins ses narines.

Omnivore, cet oiseau cherche sa nourriture – essentiellement des graines, des fruits (en particulier des glands), des insectes – en fouillant le sol ; il peut aussi parfois piller les nids d'autres oiseaux et attraper des lézards ou des petits rongeurs. Durant l'été et l'automne, il constitue des réserves de graines qu'il enterre à différents endroits ou cache dans les creux des arbres. Un tel comportement contribue à la dissémination des graines et à la régénération des forêts. En hiver, il se protège du froid en gonflant son plumage et, si la nourriture vient à manquer, son excellente mémoire visuelle lui permet de retrouver rapidement ses réserves.

Discret, il vit de préférence dans les bois, les bosquets et les forêts de feuillus où il est à l'abri des prédateurs (rapaces en particulier). On le rencontre parfois dans les parcs des villes. C'est un oiseau plutôt grégaire qui entretient des liens étroits avec sa famille, communiquant par des cris rauques. Au début du printemps, après une parade de séduction (plumage gonflé, huppe redressée), les couples formés défendent leur territoire et vont nicher isolément. Le mâle et la femelle construisent un nid de branches dans lequel seront déposés, en avril-mai, cinq ou six œufs de couleur vert-bleu ou vert-jaune et mouchetés de brun. Ceux-ci, pesant jusqu'à 10 grammes, seront couvés durant 16 à 18 jours par la femelle qui sera alors nourrie par le mâle. Celle-ci retourne fréquemment ses œufs et nettoie le nid régulièrement. Les oisillons, nidicoles, sont nourris par régurgitation pendant environ trois semaines.

En France, le geai des chênes est très commun et sédentaire. Dès l'automne, des individus arrivent du nord et de l'est de l'Europe pour y hiverner.

—  Emmanuelle GOIX

Écrit par :

  • : chargée de la valorisation scientifique du département des jardins botaniques et zoologiques du Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  GEAI DES CHÊNES  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'écosystème forestier »  : […] La forêt peut être considérée comme une communauté vivante, constituée par un certain nombre de populations végétales et animales liées par des relations intra- et interspécifiques. Les individus échangent entre eux et avec le milieu extérieur de l'énergie et de la matière ; ils entretiennent des processus biologiques cycliques. Cet ensemble structuré et fonctionnel constitue un écosystème. Au se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_16627

Pour citer l’article

Emmanuelle GOIX, « GEAI DES CHÊNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geai-des-chenes/