VICAIRE GABRIEL (1848-1900)

Poète français, Gabriel Vicaire se met assez tardivement à écrire. En plein symbolisme, il s'oppose à toutes les recherches poétiques à la mode et fait figure d'homme heureux et sensuel auprès des décadents tourmentés par le sens de leur mission. Vicaire se rattache ainsi à une tradition de poésie facile, où se chante un accord profond avec la nature, avec la nourriture, le vin et l'amour. Originaire de la Bresse, ce sont les richesses de sa province qui l'inspirent dans Émaux bressans (1884), L'Heure enchantée (1890), Au bois joli (1893), Le Clos des fées (1897). Parfois sous la joie de vivre perce une mélancolie ou une amertume qui donnent à ses vers un ton de sincérité profonde. Mais, plus que par sa poésie, Vicaire est connu pour un pastiche de la poésie décadente. Sous le pseudonyme d'Adoré Floupette, il publie en 1885 Les Déliquescences, où il se livre à une parodie pleine d'humour des thèmes décadents.

—  Antoine COMPAGNON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université Columbia, États-Unis

Classification

Pour citer l’article

Antoine COMPAGNON, « VICAIRE GABRIEL - (1848-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-vicaire/