FUKUDA TAKEO (1905-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Politicien, né le 14 janvier 1905 à Gumma, haut fonctionnaire des Finances japonaises, souvent ministre des Finances et Premier ministre de 1976 à 1978, Fukuda Takeo fut un moraliste à côté de politiciens voraces. Il s'exaspéra quelquefois, mais il était au fond tempérant, malgré un caractère entier et une façon décapante de dire la vérité. Sa perspicacité en politique économique le fit remarquer de bonne heure ; d'ailleurs, il ne lésinait pas pour la mettre au service de ses adversaires politiques eux-mêmes. Il critiqua l'éloge de la consommation. À ses yeux, la priorité devait être réservée aux grands équilibres, et l'objectif de la croissance ne devait venir qu'en deuxième position. “Assurez que l'économie japonaise sera rétablie dans trois ans”, dit-il au Premier ministre Tanaka qui l'appela aux Finances en 1974 quand les prix s'affolèrent. Il sut alors trouver des mots justes pour faire admettre à la population la baisse de son pouvoir d'achat, au lieu de l'escalade des salaires. Les sacrifices consentis limitèrent la hausse des prix des produits japonais par rapport à ceux des autres pays avancés, et le Japon dut à Fukuda l'essor de ses exportations. Mais il n'est nulle part aisé de convaincre les syndicats que la maîtrise de l'inflation est préférable à la politique des revenus.

Sa vie se divise en deux parties d'égale longueur. Dans sa carrière de fonctionnaire, il fut conseiller financier du régime de Nankin (1938-1945), puis chef de cabinet du ministre des Finances à la fin de la guerre. Il paraissait promis à une carrière politique imminente, mais il fut mis en examen à la suite du pénible scandale de l'entreprise Shōwa Denko en 1948 (un important remous du régime d'occupation américain quand celui-ci renversa sa politique).

Dans la seconde partie de sa vie, il fut élu député dans son pays natal, d'abord sans étiquette (ses administrés devaient le reconduire treize fois par la suite). Le système politique de Yoshida Shigeru était déjà en place. Fukuda entra dans le mouvement opposant de Kishi pour un Parti conservat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

1er-24 septembre 2008 Japon. Élection de Tarō Asō au poste de Premier ministre

Fukuda, président du Parti libéral démocrate (P.L.D.) au pouvoir et Premier ministre depuis septembre 2007, annonce sa démission. Cette décision a pour cause le blocage de la vie politique consécutif au renversement de majorité au Sénat lors des élections de juillet 2007. Le 22, le P.L.D. élit à sa tête son numéro deux, l'ancien ministre des Affaires […] Lire la suite

12-25 septembre 2007 Japon. Démission du Premier ministre Shinzō Abe

Fukuda, fils de l'ancien Premier ministre Takeo Fukuda et porte-parole du gouvernement Koizumi de 2001 à 2004, est élu président du Parti libéral démocrate (P.L.D.). Le 25, la Chambre basse, où le P.L.D. est majoritaire, élit Yasuo Fukuda au poste de Premier ministre.  […] Lire la suite

24-26 novembre 1982 Japon. Désignation de Nakasone Yasuhiro au poste de Premier ministre

Fukuda. Le 26, Nakasone Yasuhiro présente son gouvernement qui, tout en respectant le rapport de forces entre les factions, fait la part belle aux partisans de Tanaka Kakuei. Ceux-ci, outre les Finances, l'Intérieur et le poste de chef du cabinet, obtiennent le ministère de la Justice, à quelques mois du procès Lockheed. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ESMEIN, « FUKUDA TAKEO (1905-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fukuda-takeo/