BARRYMORE JOHN (1882-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur américain né le 15 février 1882 à Philadelphie, mort le 29 mai 1942 à Hollywood.

John Barrymore (né Blythe) est le fils des comédiens Maurice Barrymore (Herbert Blythe de son vrai nom) et Georgiana Drew. Il commence par étudier la peinture à Paris, avant de retourner aux États-Unis pour monter sur les planches en 1903. Il joue dans des comédies légères, mais c'est dans des rôles sérieux qu'il connaît ses plus grands triomphes au théâtre, notamment dans Justice (1916), Peter Ibbetson (1917), The Jest (1919), Richard III (1920), et Hamlet (New York, 1922 ; Londres, 1925).

John Barrymore commence une carrière cinématographique en 1913. Il donne des interprétations remarquables dans Dr Jekyll et Mr Hyde (1920), The Beloved Rogue (1927 ; L'Étrange Aventure du poète vagabond), Moby Dick (1930), Grand Hôtel (1932), Dinner at Eight (1933 ; Les Invités de huit heures), Counsellor-at-Law (1933 ; Le Grand Avocat), Roméo et Juliette (1936) et The Great Profile (1940). Extrêmement doué, il est considéré comme l'un des comédiens les plus talentueux et les plus beaux de son époque. Mais il finit par être plus connu pour sa vie débauchée et scandaleuse que pour ses prouesses d'acteur.

Frère des acteurs Ethel et Lionel, John est le seul à perpétuer la dynastie des Barrymore à travers ses enfants Diana et John Jr. La carrière prometteuse de Diana (1921-1960) connaît de fréquentes éclipses en raison de ses problèmes d'alcoolisme et une fin prématurée avec son suicide. Son autobiographie, Too Much, Too Soon (1957), est adaptée au cinéma en 1958. John Blythe Barrymore Jr (1932-2004), plus connu sous le nom de John Drew Barrymore, a également fait carrière au cinéma et il est le père de l'actrice Drew Barrymore (née en 1975).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BARRYMORE JOHN (1882-1942)  » est également traité dans :

ASTOR MARY (1906-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

La comédienne américaine Mary Astor se fit remarquer sur les planches comme sur les écrans grâce à sa beauté classique et délicate ainsi qu'à son profil de médaille. Capable de jouer une grande variété de personnages, allant de la traîtresse à l'héroïne, en passant par la matrone, elle bénéficia d'une longue carrière, qui commence à l'ère du muet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-astor/#i_49810

Pour citer l’article

« BARRYMORE JOHN - (1882-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-barrymore/