FRANCS-ARCHERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création des francs-archers, par ordonnance de Charles VII publiée à Montils-lès-Tours le 28 avril 1448, constitue la première mesure prise en France par le pouvoir royal pour disposer d'une troupe permanente d'hommes de pied (à l'instar de celles dont les villes s'étaient dotées dès le milieu du xive siècle pour assurer leur propre défense), recrutée en marge du service militaire féodal que représentaient le ban et l'arrière-ban. Les francs-archers, levés sur la base théorique d'un homme pour quatre-vingts « feux » dans les paroisses, devaient se tenir prêts à répondre à toute convocation, étaient responsables de l'entretien de l'armement et équipement (arc ou arbalète, épée, dague, jaque et salade) que leur fournissait la paroisse, et étaient enfin exempts (« francs ») de la taille, d'où leur nom. Leur effectif global, fixé d'abord à 8 000 hommes, fut porté à 16 000 en 1466, répartis en quatre circonscriptions ou capitaineries de huit compagnies de 500 hommes chacune, placées sous le commandement d'un capitaine général. Engagés avec succès dans les combats pour la reconquête de la Normandie, mais battus par les Flamands à la bataille de Guinegatte en 1479, ils tombèrent, sous le nom de francs-taupins, dans le discrédit comme en témoigne un monologue comique, Le Franc-Archer de Bagnolet (xve s.). Supprimés en 1480 par Louis XI, ils réapparurent sous Charles VIII et constituèrent, jusqu'à leur disparition sous François Ier, la première tentative d'une réserve territoriale, les quatre circonscriptions entre lesquelles ils étaient répartis dans le royaume préfigurant elles-mêmes nos régions militaires.

—  Michel FRANÇOIS

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur de l'École nationale des chartes

Classification


Autres références

«  FRANCS-ARCHERS  » est également traité dans :

VALOIS

  • Écrit par 
  • Michel FRANÇOIS
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La monarchie à l'épreuve »  : […] La défaite de Philippe VI à Crécy en 1346 et la prise de Calais par Édouard III en 1347 ayant soulevé l'indignation des populations, Philippe VI, qui n'avait jamais manqué depuis son avènement de procéder à la consultation fréquente de notables et surtout de représentants des villes, décide de réunir une assemblée des trois états, procédure à laquelle il faudra recourir également au lendemain du d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valois/#i_45616

Pour citer l’article

Michel FRANÇOIS, « FRANCS-ARCHERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francs-archers/