COSSIGA FRANCESCO (1928-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique italien, Francesco Cossiga fut président du Conseil (1979-1980), puis président de la République (1985-1992).

Né le 26 juillet 1928 à Sassari, en Sardaigne, Francesco Cossiga rejoint en 1945 la Démocratie chrétienne, le parti qui a dominé la vie politique italienne durant cinquante ans. Il étudie le droit à l'université de sa ville natale, où il obtient sa licence en 1948 avant d'y enseigner à son tour. Élu au Parlement en 1958, cet éminent constitutionnaliste est nommé ministre de l'Intérieur en 1976. Il est toujours en poste deux ans plus tard, quand les Brigades rouges enlèvent l'ancien chef du gouvernement Aldo Moro. Refusant de négocier avec les ravisseurs, il s'en tient à cette décision qui coûte la vie au président du Conseil et l'amène quant à lui à démissionner. Bien que souvent critiqué pour sa gestion de l'affaire, Cossiga est appelé à diriger le gouvernement en 1979-1980. Élu président du Sénat en 1983, il quitte ses fonctions en 1985, année où il est élu triomphalement (76,8 p. 100 des voix au premier tour de scrutin) à la tête de l'État. Les attaques ouvertes, souvent acerbes, que ce président, le plus jeune de l'histoire de la République italienne, formule contre le gouvernement durant la dernière partie de son mandat lui valent le surnom de « Picconatore » (« celui qui donne des coups de pic »). Mis en cause pour sa participation dans les années 1960 à un réseau clandestin, Gladio, coordonné par l'O.T.A.N. et destiné à contrer toute invasion soviétique, Francesco Cossiga démissionne peu avant la fin de son mandat, le 25 avril 1992. Devenu de droit sénateur à vie, il meurt le 17 août 2010, à Rome.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  COSSIGA FRANCESCO (1928-2010)  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les difficiles rapports P.S.I.-D.C. »  : […] Tant qu'elle est sous le coup de la défaite de 1983, la D.C. ne peut que subir une situation qui l'exclut, au profit des socialistes, des deux principaux centres de pouvoir, la présidence de la République, occupée depuis 1978 par le très populaire Sandro Pertini, et la présidence du Conseil. Mais l'encouragement apporté par les premiers tests électoraux ravive la prétention du parti le plus fort […] Lire la suite

Les derniers événements

Italie. Brève crise gouvernementale. 18-23 décembre 1999

un nouveau gouvernement. Le 23, la Chambre des députés accorde, à une faible majorité, sa confiance au gouvernement de Massimo D'Alema. Le principal changement réside dans l'entrée au sein de celui-ci des démocrates de Romano Prodi qui, jusqu'à présent, le soutenaient sans y participer. Le Trèfle, coalition regroupant notamment les socialistes et les partisans de l'ancien président Francesco Cossiga, quitte la majorité gouvernementale. […] Lire la suite

Italie. Nomination de Massimo D'Alema à la présidence du Conseil. 4-23 octobre 1998

président Francesco Cossiga. Deux Verts obtiennent également un portefeuille, ainsi qu'un membre du nouveau Parti socialiste. Massimo D'Alema est le premier chef du gouvernement italien issu du Parti communiste. C'est également la première fois en Italie depuis 1947 que les communistes – sous l'étiquette de Rifondazione – acceptent de participer au pouvoir. Le 23, le gouvernement de Massimo D'Alema obtient la confiance du Parlement. […] Lire la suite

Italie. Assassinat du juge Giovanni Falcone et élection présidentielle. 13-29 mai 1992

Le 13, les grands électeurs – députés, sénateurs et délégués régionaux – se réunissent à Rome pour désigner un successeur à Francesco Cossiga, qui a démissionné de ses fonctions de chef de l'État le 28 avril. Les résultats des élections législatives des 5 et 6 avril rendent difficile […] Lire la suite

Italie. Élections législatives et démission du président Francesco Cossiga. 5-28 avril 1992

de son gouvernement. Le 25, le président de la République Francesco Cossiga renforce l'effet de « tremblement de terre » évoqué par la presse au lendemain des élections en annonçant son départ, deux mois avant le terme de son mandat. Sa démission est effective le 28. Élu en 1985, Francesco Cossiga militait depuis 1990 en faveur de l'instauration d'un régime présidentiel en Italie, où le rôle du chef de l'État n'est qu'honorifique. […] Lire la suite

Italie. Formation d'un gouvernement par Giovanni Goria. 2-29 juillet 1987

réélit à sa présidence la communiste Nilde Iotti. Le 9, Amintore Fanfani (démocrate-chrétien) présente la démission du gouvernement de transition, qu'il présidait depuis avril, au président Francesco Cossiga, qui entame les consultations en vue de la formation du nouveau cabinet. Le 13, Giovanni Goria […] Lire la suite

Pour citer l’article

« COSSIGA FRANCESCO - (1928-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-cossiga/