PREMIER MAI FÊTE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est la jeune et encore faible Federation of Organized Trades and Labor Union (F.O.T.L.U.) qui a appelé les ouvriers américains à faire grève en faveur de la journée de huit heures le 1er mai 1886. Le mouvement, toutefois, a été un succès en raison du renfort apporté par les Knights of Labor (Chevaliers du travail), organisation héritière de traditions maçonniques, alors beaucoup plus puissante que les syndicats. La grève fut l'occasion de grands défilés ouvriers dans les rues des principales villes industrielles des États-Unis. Le 3 mai, quatre ouvriers étaient tués à Chicago. Le lendemain, une bombe explosait dans la même ville, sur la place du Haymarket, lors d'un rassemblement appelé par les anarchistes. Bien que les responsabilités n'aient jamais été établies, la répression qui s'ensuivit de la part des pouvoirs publics s'étendit à toutes les coalitions ouvrières se réclamant des idéologies socialistes et anarchistes.

Manifestation de Haymarket

photographie : Manifestation de Haymarket

photographie

Affrontement entre policiers et ouvriers lors la manifestation du 4 mai 1886, place du marché au foin (Haymarket), à Chicago. Après un procès inique, neuf dirigeants syndicaux seront condamnés pour l'attentat à la bombe ayant déclenché les violences. Quatre d'entre eux seront pendus le 11... 

Crédits : AKG

Afficher

Cet épisode eut deux conséquences importantes : aux États-Unis, la constitution de l'A.F.L. (American Federation of Labor) devait se réaliser sous le signe de l'apolitisme le plus strict ; en Europe, en 1889, les socialistes européens décidèrent, lors de la création de la IIe Internationale, de commémorer l'événement chaque 1er mai en faisant de celui-ci une journée internationale des travailleurs.

—  Jean-Marie PERNOT

Écrit par :

  • : chercheur en science politique à l'IRES (Institut de recherches économiques et sociales)

Classification

Autres références

«  PREMIER MAI FÊTE DU  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « États-Unis, Russie, Allemagne »  : […] Laissant de côté l'histoire des groupes isolés, on ne parlera pas des fédérations belge et jurassienne, qui ont pratiquement cessé d'exister vers 1880. Pourtant, avant d'étudier le mouvement anarchiste en France, en Italie, en Espagne et en Amérique latine, il faut passer rapidement en revue quelques mouvements, limités dans le temps, mais importants par leur résonance. Aux États-Unis , à côté d'u […] Lire la suite

MANIFESTATION

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 3 711 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La manifestation dans les démocraties occidentales »  : […] Cette forme d'expression jouit d'une tolérance précoce en Grande-Bretagne et aux États-Unis où toute mobilisation de l'opinion publique est tenue pour un baromètre de la légitimité politique. Il en va de même en Belgique, en vertu de la constitution de 1830, et dans certains États allemands, s'agissant des « parades ». Tous ces États font figure de modèles (parfois idéalisés) pour les individus qu […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La « question sociale », l'« apaisement » et l'alliance russe (1890-1898) »  : […] Le boulangisme avait révélé le trouble profond du pays, né des inquiétudes nationales et du malaise social. La France se sentait isolée devant la menace allemande. Désormais, la droite reprendra à son compte un nationalisme dont le soutien à l'armée et aux entreprises coloniales sont les thèmes majeurs. Le boulangisme a été, à sa façon, un « pré-socialisme ». Après lui, le socialisme révèle sa pui […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Attentat meurtrier à Nice. 14-27 juillet 2016

Le 14, à Nice (Alpes-Maritimes), à la fin du feu d’artifice tiré à l’occasion de la fête nationale, un homme au volant d’un camion franchit la barrière interdisant l’accès à la promenade des Anglais et fonce sur la foule sur une distance de près de deux kilomètres, tuant quatre-vingt-quatre […] Lire la suite

France. Premier tour de l'élection présidentielle. 5-23 avril 2012

d'organiser, le 1er mai, à Paris, « la fête du vrai travail ». Au cours des meetings de l'entre-deux tours, les deux candidats s'adressent notamment à l'électorat du Front national, Nicolas Sarkozy déclarant « comprendre » ces représentants de « la France qui souffre », et François Hollande voulant « défendre » ces électeurs qui expriment une « colère sociale ». […] Lire la suite

Belgique. Reprise des négociations en vue de la formation d'un gouvernement. 7-22 juillet 2011

Le 7, le dirigeant du Parti socialiste francophone Elio Di Rupo, « formateur » désigné par le roi Albert II en mai, présente un programme économique, social et institutionnel sur la base duquel il propose aux forces politiques de rouvrir des négociations, suspendues depuis septembre 2010, en vue […] Lire la suite

France. Polémique au sujet des règles de la cohabitation. 14-16 juillet 1997

Le 14, à l'occasion de la fête nationale, lors de son premier entretien télévisé depuis la victoire de la gauche aux élections législatives anticipées de mai-juin, le président Chirac justifie la dissolution de l'Assemblée nationale en affirmant que « la France ne pouvait pas se permettre […] Lire la suite

France. Mort de François Mitterrand. 8-18 janvier 1996

de l'État se rassemblent place de la Bastille, où le « peuple de gauche » avait fêté son élection en mai 1981. Le 11, décrété journée de deuil national, les obsèques de François Mitterrand se déroulent dans l'intimité à Jarnac (Charente), sa ville natale. À Paris, un « hommage solennel » lui est rendu lors […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie PERNOT, « PREMIER MAI FÊTE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fete-du-premier-mai/