FERDINAND Ier (1793-1875) empereur d'Autriche (1835-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Installé sur le trône en raison de son droit d'aînesse, Ferdinand Ier, sujet à des crises d'épilepsie, n'a pas les qualités d'un homme d'État : vigueur intellectuelle et capacité de jugement. Son père François Ier, prévoyant, ne lui a laissé que des fonctions de représentation et a confié le pouvoir réel à une conférence d'État, qui comprend son oncle l'archiduc Louis, le chancelier Metternich et le ministre Kolowrat. Mais, en raison de l'absence d'un arbitre, le gouvernement, tiraillé par des dissensions internes, est voué à une impuissance qui va favoriser le succès initial de la révolution de 1848.

Toutefois, l'empereur est doué de remarquables qualités humaines (bonté, douceur et disponibilité) qui, jointes à sa profonde piété, lui ont valu une certaine popularité et le surnom de Bon. Il s'intéresse à l'essor matériel du pays, qui connaît un réel développement industriel et agricole ; son règne est aussi marqué par l'apparition d'un réseau ferroviaire et par la construction de ponts célèbres à Budapest et à Venise. Débordé par l'explosion révolutionnaire de 1848, Ferdinand souscrit d'abord aux exigences constitutionnelles des libéraux viennois, avant de se soumettre aux conseils de son entourage qui réclame son départ pour la ville d'Innsbruck, demeurée à l'écart des troubles. Le 2 décembre 1848, à Olmütz, il accepte de renoncer au trône au profit de son neveu François-Joseph, puis va s'installer à Prague.

—  Bernard VOGLER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  FERDINAND I er (1793-1875) empereur d'Autriche (1835-1848)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 052 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Contre-Réforme »  : […] La politique des Habsbourg a consisté à s'assurer le loyalisme de ces ordres. Pourtant, ce modeste programme se révélera difficile à réaliser, car l'avènement des Habsbourg correspond, en Bohême et en Hongrie, à une période d'affaiblissement du pouvoir royal et d'exaltation de la puissance des États. Ce n'est pas par hasard que la diète hongroise r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16773

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « FERDINAND Ier (1793-1875) - empereur d'Autriche (1835-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-ier-1793-1875-empereur-d-autriche-1835-1848/