CANNAVARO FABIO (1973- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Footballeur italien né le 13 décembre 1973 à Naples. Le 9 juillet 2006, au Stade olympique de Berlin, Fabio Cannavaro brandit fièrement un trophée haut de 36,8 centimètres, fait d'or de 18 carats, pesant 3 175 grammes, comportant à sa base deux anneaux de malachite semi-précieuse : capitaine de la Squadra Azzurra, il vient, avec ses coéquipiers, de remporter la XVIIIe Coupe du monde de football, en battant l'équipe de France en finale (1-1, 5 tirs au but à 3). Il fête ainsi plus que dignement sa centième sélection internationale. Ce succès lui vaudra en fin d'année d'être élu Ballon d'or (meilleur joueur évoluant en Europe).

Pourtant, deux mois plus tôt, une telle issue semblait hautement improbable. En effet, le Calcio est alors touché par le plus grand scandale de son histoire : une affaire de matchs truqués, orchestrée par Luciano Moggi, directeur sportif de la Juventus Turin et ami de Fabio Cannavaro. Lorsque les joueurs de la Nazionale gagnent leur camp d'entraînement, à Coverciano, dans la banlieue de Florence, ils sont copieusement sifflés par les tifosi. En outre, Fabio Cannavaro soutient plus que maladroitement Luciano Moggi en déclarant que les méthodes utilisées par ce dernier étaient « un système généralisé dans le football italien ». La presse réclame que le capitanat lui soit retiré. Soutenu par le sélectionneur Marcello Lippi, lui aussi cité dans cette affaire, Fabio Cannavaro conservera son brassard, après avoir fait amende honorable sur l'injonction de Guido Rossi, le commissaire de la Fédération italienne. Cette décision sera pour beaucoup dans le triomphe à venir des azzurri. En effet, Fabio Cannavaro va, durant toute la compétition, non seulement se montrer un défenseur intraitable, mais aussi savoir se servir de cette situation difficile pour motiver et galvaniser ses partenaires – l'impeccable gardien de but Gianluigi Buffon, le teigneux Gennaro Gattuso, Fabio Grosso, Marco Materazzi, le talentueux Andrea Pirlo... Marcello Lippi est conforté dans le choix qu'il avait fait en juillet 2004 : nommer Fabio Cannavaro capitaine de l'équipe en remplacement de Francesco Totti, joueur brillant mais au comportement souvent controversé. Pour Fabio Cannavaro, ce triomphe a donc des allures de revanche, dans ce contexte mais aussi au regard de sa trajectoire avec l'équipe nationale, où il a connu deux déceptions majeures, face à l'équipe de France.

Fabio Cannavaro s'initie au football dans les équipes de jeunes du S.S.C. Naples. Là, il peut admirer Diego Maradona, qui illumine alors le Calcio de son talent. Néanmoins, son modèle est plutôt Ciro Ferrara, un défenseur rugueux. Fabio Cannavaro dispute son premier match de Série A en 1993. Mais les heures de gloire du Napoli sont loin, et le club lutte plus désormais pour le maintien que pour le titre. En 1995, il signe à Parme, où il formera avec Lilian Thuram une charnière défensive intraitable.

Ses qualités s'affirment – sens du placement et de l'anticipation, rigueur, remarquable jeu de tête, malgré une taille relativement modeste (1,74 m) – et il est logiquement retenu en équipe nationale : il connaît sa première sélection le 22 janvier 1997. Il devient dès lors l'inamovible titulaire du poste, associé le plus souvent à Alessandro Nesta. En 1998, il est meurtri par la défaite en quarts de finale de la Coupe du monde face aux Bleus, à l'issue de la séance des tirs au but. En 1999, il remporte la Coupe de l'U.E.F.A. avec Parme. Il connaît encore un échec douloureux lors de l'Euro 2000 : alors que l'Italie entière s'apprête à fêter la victoire, Sylvain Wiltord égalise au bout du temps additionnel, puis David Trezeguet offre le succès à l'équipe de France en prolongation (2-1).

En 2002, il quitte Parme et rejoint l'Inter Milan, un transfert de 23 millions d'euros. En juillet 2004, il signe à la Juventus Turin. Avec la « Vieille Dame », il est champion d'Italie en 2005 et 2006. Mais, le 25 juillet 2006, ces deux titres sont annulés dans le cadre du procès des matchs truqués du Calcio. En outre, le club se voit relégué en Série B. Fabio Cannavaro, lui, va poursuivre sa carrière au sein du Real Madrid, le club merengue tout heureux d'accueillir, pour quelque 20 millions d'euros, celui qui est alors considéré comme le meilleur défenseur du monde. En mai 2009, Fabio Cannavaro annonce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « CANNAVARO FABIO (1973- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fabio-cannavaro/