WOLFF ÉTIENNE (1904-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étienne Wolff est né en 1904 à Auxerre dans une famille d'enseignants. Sa famille s'étant installée en Normandie, il fait ses études secondaires au lycée de Rouen, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Une inclination marquée pour la philosophie l'amena à suivre un enseignement dans cette discipline à la Sorbonne et à obtenir à dix-sept ans (en 1921) le titre de licencié ès lettres. Se destinant alors à une carrière de philosophe, il est amené à s'initier aux sciences naturelles pour préparer un diplôme d'études supérieures à l'université de Strasbourg. C'est là qu'il rencontre deux scientifiques renommés, sous l'influence desquels se révèle sa vocation de biologiste. Le professeur Édouard Chatton d'abord, dont l'enseignement le captive et sous la direction de qui il mène ses premières recherches sur les amibes. Titulaire d'un diplôme d'études supérieures de philosophie en 1924, licencié ès sciences en 1925 et agrégé de sciences naturelles en 1928, il est appelé comme assistant à la faculté de médecine de Strasbourg par le professeur Paul Ancel, alors titulaire de la chaire d'embryologie. C'est sous sa direction qu'il prépare une thèse dont le but est de reproduire expérimentalement des monstruosités et malformations naturelles afin d'en déterminer la cause et d'en expliquer la genèse. Utilisant un fin faisceau de rayons X appliqué sélectivement sur certaines ébauches embryonnaires, il parvient à reproduire la plupart des malformations connues à l'état spontané et à en créer de nouvelles.

De ces recherches, qui firent l'objet de sa thèse de doctorat ès sciences, ainsi que de celles poursuivies par Paul Ancel sur la chimiotératogenèse a émergé la notion, nouvelle pour l'époque, que tout embryon normal peut être transformé en monstre et qu'il existe pour chaque organe un stade critique du développement auquel il est particulièrement sensible aux agents tératogènes. Cette science des monstres, dans laquelle Étienne Wolff a joué un rôle éminent de pionnier, a contribué à établir les principes qui gouvernent actuellement les r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, directeur de l'Institut d'embryologie cellulaire et moléculaire du C.N.R.S. et du Collège de France

Classification


Autres références

«  WOLFF ÉTIENNE (1904-1996)  » est également traité dans :

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'embryologie expérimentale »  : […] En microchirurgie embryologique les opérations se font dans des conditions aseptiques, avec des instruments stériles : scalpels, pinces fines d'horloger, ciseaux de Pascheff ; pour les opérations très minutieuses, on fabrique des aiguilles de verre ou de platine. Sur des embryons très accessibles, comme l'embryon de poulet ou de batracien, il est relativement facile de réaliser l'ablation de cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_500

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Vertébrés »  : […] Les recherches sur l'intersexualité hormonale des Vertébrés ont eu pour point de départ l'étude chez les Bovidés, d'intersexués spontanés dits free-martins  : lorsqu'une vache porte des jumeaux de sexes différents, dont certaines annexes embryonnaires (chorions) présentent des anastomoses vasculaires, le mâle est normal, la femelle est intersexuée. Le plus faible degré d'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_500

Pour citer l’article

Nicole LE DOUARIN, « WOLFF ÉTIENNE - (1904-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-wolff/