ESHREFOGHLU (mort en 1469 ou 1479)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Eshrefoghlu, ou Eshrefoghlu Rûmi, est une des figures principales de la littérature populaire turque et surtout de la littérature mystique du xve siècle. Comme pour la plupart des poètes populaires, on connaît peu de détails biographiques sur Eshrefoghlu — sa date de naissance, notamment, reste incertaine —, mais son nom prend place parmi ceux des meilleurs représentants de la littérature mystique et s'entoure en Anatolie d'une auréole légendaire. On pense qu'il venait de la région d'Iznik (nord-ouest de la Turquie). Il fait ses études dans une madrasa, puis devient le disciple et le gendre de Hacī Bayram. Vers la fin de sa vie, Eshrefoghlu fonde un ordre religieux, l'ordre d'Eshrefiye, et un couvent dont il devient le principal. Les thèmes dominants de sa poésie sont l'amour mystique et la quête de Dieu. La beauté de certains vers n'est pas sans évoquer la poésie de Yunus Emre. Eshrefoghlu renie les valeurs terrestres jugées précaires, s'oublie pour tendre au bonheur suprême, c'est-à-dire pour unir son âme à Dieu. La structure poétique des œuvres d'Eshrefoghlu correspond à la tradition populaire et rares sont ses poèmes qui utilisent la métrique classique de l'aruz. Ils revêtent généralement la forme de quatrains, constitués d'octosyllabes aux rimes régulières. Le vocabulaire appartient à la langue turque la plus pure et était aisément accessible au lecteur non érudit de l'époque. On trouve dans les bibliothèques turques près de cinquante manuscrits du divan d'Eshrefoghlu, ainsi que d'autres poèmes et des écrits religieux de ce mystique.

—  Gayé PETEK-SALOM

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESHREFOGHLU (mort en 1469 ou 1479)  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 631 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'influence persane »  : […] Avec la traduction et l'assimilation des œuvres persanes de première importance ('Attār, Saadi), la métrique de la poésie ( aruz ) , empruntée à l'arabe, perturbe le génie de la langue turque, aussi bien dans sa structure que dans son vocabulaire, du fait qu'elle est fondée sur des syllabes longues et brèves tandis que le turc ne possède normalement que des syllabes brèves. En outre, la poésie du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gayé PETEK-SALOM, « ESHREFOGHLU (mort en 1469 ou 1479) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eshrefoghlu/