DE LUCA ERRI (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Naples en 1950, Erri De Luca demeure dans sa ville natale jusqu'à l'âge de sa majorité. Il gagne alors Turin, pour devenir ouvrier sur les chantiers de la Fiat, et adhère au mouvement d'extrême gauche Lotta Continua. Après avoir affronté l'agitation sociale et politique qui frappe l'Italie à partir des années 1970, l'écrivain rejoint Paris et s'y forme au métier de maçon. Recruté en tant que bénévole, il part ensuite pour la Tanzanie, où il apprend le swahili et redécouvre la Bible.

Erri De Luca

Photographie : Erri De Luca

En de brefs récits, Erri De Luca porte un regard lucide sur les contradictions et les tensions qui marquent notre temps. 

Crédits : Roberto Serra/ Iguana Press/ Getty Images

Afficher

Largement autobiographique, le premier livre d'Erri De Luca, Non ora, non qui (Une fois, un jour, 1989 ; Pas ici, pas maintenant, nouv. éd. 2009) dépeint l'enfance napolitaine d'un narrateur, âgé d'une dizaine d'années qui voue à la figure protectrice de sa mère une adoration respectueuse et pudique. Il relate également les vicissitudes d'une famille issue de la bourgeoisie déchue de l'après-guerre qui lutte âprement pour retrouver son confort matériel et conserver sa dignité. Le thème de la disparition progressive des proches confère au récit un ton profondément mélancolique. Poursuivant par ailleurs son étude de la Bible, De Luca se démarque de la version canonique du texte grec, qui fige la polysémie de l'hébreu. Entre méditation et exégèse, Una nuvola come tappeto (Un nuage comme tapis, 1991) expose sa lecture originale de l'Ancien Testament, poursuivie avec Nocciolo d'oliva (Noyau d'olive, 2004).

En 1992 paraît Aceto, arcobaleno (Acide, arc-en-ciel), son deuxième récit de fiction, qui retrace une nuit d'insomnie marquée par la rencontre de trois visiteurs fantomatiques. Les dialogues « ouverts » y reflètent successivement la désillusion d'un ouvrier activiste devenu terroriste, l'amertume d'un homme de foi après son ingrate mission en Afrique et la dignité courtoise d'un innocent emprisonné par erreur. Cette œuvre iconoclaste synthétise intensément autant d'expériences vécues dans leurs contradictions, qui trouvent leur écho dans le monde sensible, à travers l'évocation de l'orage tourmentant la maison de campagne isolée.

Cinq expériences sensorielles sont également à l'origine des cinq nouvelles du volume I colpi dei sensi (Les Coups des sens, 1993). Ses mémoires d'enfant et d'ouvrier, ses souvenirs de Naples et des lectures bibliques nourrissent le recueil suivant, In alto a sinistra (En haut à gauche, 1994). Ce titre, emprunté aux derniers mots de la dernière nouvelle, oppose au pessimisme du narrateur un message d'espoir, qui symbolise la confiance de son père mourant en un lendemain, en un nouveau lever du soleil « à l'est, en haut à gauche ». Paraissent ensuite Pianoterra (Rez-de-chaussée, 1995) et Alzaïa (1997), recueils d'articles parus dans Avvenire, quotidien catholique auquel collabore De Luca, et le volume Ora prima (Première Heure, 1997), complétant le cycle de ses analyses bibliques. Un nouveau récit bref situé à Ischia, Tu mio (1998), annonce son retour vers la fiction, que celle-ci prenne forme de roman (Montedidio, 2002 ; Il giorno prima della felicità, 2009, Le Jour avant le bonheur), de nouvelles (Il Contrario di uno, 2003, Le Contraire de un) ou d’ouvrages à caractère autobiographique (I pesci non chiudono gli occhi, 2011, Les Poissons ne ferment pas les yeux)

De son éducation religieuse, cet alpiniste solitaire (Sulla traccia di Nives, 2005, Sur la trace de Nives), maçon « par accident », conserve un intérêt profond pour les textes sacrés, mais se dit non-croyant. En retrait de la scène littéraire, Erri De Luca affronte d'un regard lucide ses contradictions et celles de son siècle. Le rythme rapide et syncopé de son écriture, fidèlement conservé par sa traductrice, Danièle Valin, évoque « sa véritable langue maternelle » : le dialecte napolitain. Par sa simplicité, son œuvre conserve enfin la mémoire d'une intimité avec l'espace modeste et l'humble société de la Naples de son enfance, et peut-être aussi celle d'un certain sens de la mesure humaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : DEA de littérature italienne contemporaine à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  DE LUCA ERRI (1950- )  » est également traité dans :

LA NATURE EXPOSÉE (E. De Luca) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 925 mots
  •  • 1 média

Né à Naples en 1950 dans une famille de la moyenne bourgeoisie, Erri De Luca est écrivain, poète et traducteur. Son œuvre abondante s’inspire à la fois de son enfance napolitaine, de ses expériences de travailleur manuel (en Italie, en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Carina MEYER-BOSCHI, « DE LUCA ERRI (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erri-de-luca/