ÉROSTRATE (-IVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éphésien qui chercha à acquérir la notoriété en incendiant le grand temple d'Éphèse (l'Artemision) la nuit même où naquit Alexandre le Grand (21 juillet ~ 356). Ce temple géant (cent vingt-sept colonnes), très représentatif de l'architecture ionienne archaïque, était considéré comme l'une des sept merveilles du monde. Érostrate fut condamné par les Éphésiens à être supplicié ; on interdit également à quiconque de prononcer son nom, qui fut transmis cependant à la postérité par l'historien Théopompe et, par lui, dans les écrits d'Élien, de Solin et de Strabon.

—  Pierre BRIANT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître assistant à l'université de Tours

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRIANT, « ÉROSTRATE (-IVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erostrate/