FENOLLOSA ERNEST (1853-1908)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Orientaliste et enseignant américain, né le 18 février 1853, à Salem (Massachusetts), mort le 21 septembre 1908 à Londres.

Étudiant en philosophie et sociologie, Ernest Francisco Fenollosa se tourne vers la peinture pendant ses années de formation. Diplômé de Harvard en 1874, il se rend en 1878 à l'université impériale de Tōkyō, sur l'invitation d'Edward Sylvester Morse, zoologue et orientaliste américain qui enseigne alors là-bas, pour y donner en anglais des cours de sciences politiques, de philosophie et d'économie. En ce début de la restauration Meiji, le Japon, tout à son mouvement de modernisation nationale, a laissé à l'abandon ses formes d'art traditionnel, ses nombreux temples et sanctuaires anciens et les joyaux artistiques qu'ils renferment. Fenollosa se prend d'intérêt pour leur conservation et se lance dans l'étude des thèmes et techniques de l'art traditionnel japonais. Il ne tarde pas à s'en faire le vigoureux défenseur.

En 1881, Ernest Fenollosa finance une exposition d'art figuratif japonais et tient un an plus tard une conférence intitulée Bijutsu shinsetsu (« La véritable théorie de l'art »). Ses idées éveillent l'intérêt de peintres comme Kano Hogai et Hashimoto Gaho, deux futurs pionniers du revival de l'école de peinture japonaise, dont Fenollosa sera un grand inspirateur. À la même époque, il étudie le théâtre japonais nō : il en traduira une cinquantaine de pièces et contribuera dans une large mesure à préserver cet art traditionnel de l'élan modernisateur de l'époque. Fort de ses études, de ses voyages, de son aisance en japonais et par la suite en chinois, il devient le proche de nombreux moines bouddhistes, dont il embrasse la religion dans les années 1880.

En 1886, Ernest Fenollosa et son ami Okakura Kakuzo, critique d'art, se rendent en Europe sur mission du gouvernement japonais pour y étudier les méthodes d'enseignement et de conservation des beaux-arts. Alors qu'il s'apprête à séjourner aux États-Unis, l'empereur Meiji a ces mots : « vous avez appris à mon peuple à connaître son propre art » et le charge de faire connaître cet art aux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  FENOLLOSA ERNEST (1853-1908)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 363 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La peinture de style japonais ou Nihonga »  : […] Traditionnellement, la peinture japonaise est réalisée au pinceau, sur de la soie ou du papier, avec de l' encre et/ou des pigments colorés. Les principes en sont l'imitation des maîtres, les conventions décoratives, l'habileté technique apprise suivant des règles rigoureuses. Un grand éclectisme règne pendant la période Edo (1603-1868), dû en part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_27184

Pour citer l’article

« FENOLLOSA ERNEST - (1853-1908) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-fenollosa/