ÉPIPHANIE

Solennité de toutes les Églises chrétiennes, traditionnellement fixée au 6 janvier, mais, à la suite des dernières réformes de la liturgie romaine, rapportée, dans les pays où ce jour n'est pas férié, au dimanche qui se situe entre le 2 et le 8 janvier. À l'origine, l'Épiphanie apparut comme étant la réplique orientale de Noël ; l'Égypte fixait au 6 janvier la fête païenne du solstice d'hiver, dont l'Église a fait une célébration de la naissance du Christ. Très tôt, les deux fêtes se sont imposées partout, l'Épiphanie étant surtout considérée comme la « manifestation » (c'est le sens du mot grec qui la désigne) de Dieu dans l'humanité de Jésus, manifestation illustrée par l'épisode de l'adoration des Mages, mais aussi par le baptême du Christ et le miracle de Cana (où l'eau fut changée en vin). Des croyances mythologiques, en effet, faisaient coïncider la « naissance du soleil » avec une recrudescence des sources, qui avaient, ce jour-là, des vertus merveilleuses. Ainsi se comprend la bénédiction solennelle des eaux qui a lieu dans les liturgies orientales et leur coutume, adoptée par les anciens rites de Gaule et d'Espagne, de célébrer les baptêmes lors de l'Épiphanie.

—  Robert CABIÉ

Écrit par :

  • : docteur en théologie, enseignant à la faculté de théologie de Toulouse

Classification

Les derniers événements

Pologne. Entrée en vigueur des hausses de prix. 5-30 janvier 1984

diplomatiques entre Varsovie et le Vatican. Le 6, Mgr Glemp, dans son homélie de l'Épiphanie, condamne fermement l'implantation des euromissiles, en insistant particulièrement sur le danger représenté par les fusées américaines. Cette prise de position est interprétée comme un […] Lire la suite

Espagne. Reprise en main de l'armée. 6-15 janvier 1982

Le 6, dans son discours de l'Épiphanie, le roi Juan Carlos dénonce, devant la hiérarchie militaire, les « calomnies » lancées contre lui dans les milieux d'extrême droite et de l'armée. Le 14, le gouvernement annonce le limogeage des quatre membres du haut état-major de l'armée […] Lire la suite

Pologne. Sur la voie de la « normalisation ». 4-30 janvier 1982

organisée. Le 6, dans son homélie pour l'Épiphanie, le primat de Pologne, Mgr Jósef Glemp, affirme que les autorités font signer aux fonctionnaires, sous peine de licenciement, sont « sans valeur », car « faites sous la pression », et, le 10, le pape Jean-Paul II condamne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert CABIÉ, « ÉPIPHANIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epiphanie/