ENGOULEVENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le nom d'engoulevent se trouvent rassemblées quatre-vingt-cinq espèces d'oiseaux constituant la famille des Caprimulgidés.

Les engoulevents se rencontrent sur l'ensemble du globe, des régions tempérées aux zones tropicales, à l'exception de la Nouvelle-Zélande et de quelques îles d'Océanie. Leur plumage gris, marron ou brun rougeâtre leur assure une protection naturelle. Ils se nourrissent d'insectes qu'ils attrapent en vol la nuit.

L'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) est représentatif de près de trente-cinq autres espèces similaires constituant le genre le plus vaste de l'ordre des Caprimulgiformes. Il se caractérise par une tête plate, un large bec très court aux commissures garnies de plumes filiformes ou vibrisses, de grands yeux et un plumage soyeux qui rend son vol silencieux. Mesurant environ 30 centimètres de longueur, il se reproduit en Europe et dans l'ouest de l'Asie et hiverne en Afrique.

L'engoulevent lyre (Uropsalis lyra) vit dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud. Les rectrices externes peuvent atteindre plus de 60 centimètres de longueur, représentant 80 à 90 p. 100 de la longueur totale de l'oiseau.

Le nom de l'engoulevent porte-étendard (Macrodipteryx vexillarius) d'Afrique vient du fait que ses ailes aux nets motifs noirs et blancs ont les rémiges primaires internes très allongées, atteignant une taille comprise entre 50 et 70 centimètres.

Parmi les espèces d'engoulevents vivant en Amérique figurent l'engoulevent de Caroline, l'engoulevent pauraqué, l'engoulevent de Nuttall, l'engoulevent aztèque, l'engoulevent de la Jamaïque ou engoulevent à lunettes, l'engoulevent grouillécor, l'engoulevent ocellé, l'engoulevent du Yucatan et l'engoulevent bois-pourri.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ENGOULEVENT  » est également traité dans :

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Migrations des oiseaux tropicaux »  : […] Les espèces propres à la grande forêt équatoriale humide sont dans l'ensemble sédentaires ou du moins erratiques seulement à l'intérieur d'un périmètre très limité. Les conditions de ce milieu sont en effet relativement constantes, ce qui n'oblige pas les oiseaux à des déplacements saisonniers. Ce n'est pas le cas des espèces nichant dans les savanes. Au cours du cycle annuel, la succession régul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_41163

Pour citer l’article

« ENGOULEVENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/engoulevent/