Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENGOULEVENT

Sous le nom d'engoulevent se trouvent rassemblées quatre-vingt-cinq espèces d'oiseaux constituant la famille des Caprimulgidés.

Les engoulevents se rencontrent sur l'ensemble du globe, des régions tempérées aux zones tropicales, à l'exception de la Nouvelle-Zélande et de quelques îles d'Océanie. Leur plumage gris, marron ou brun rougeâtre leur assure une protection naturelle. Ils se nourrissent d'insectes qu'ils attrapent en vol la nuit.

L'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) est représentatif de près de trente-cinq autres espèces similaires constituant le genre le plus vaste de l'ordre des Caprimulgiformes. Il se caractérise par une tête plate, un large bec très court aux commissures garnies de plumes filiformes ou vibrisses, de grands yeux et un plumage soyeux qui rend son vol silencieux. Mesurant environ 30 centimètres de longueur, il se reproduit en Europe et dans l'ouest de l'Asie et hiverne en Afrique.

L'engoulevent lyre (Uropsalis lyra) vit dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud. Les rectrices externes peuvent atteindre plus de 60 centimètres de longueur, représentant 80 à 90 p. 100 de la longueur totale de l'oiseau.

Le nom de l'engoulevent porte-étendard (Macrodipteryx vexillarius) d'Afrique vient du fait que ses ailes aux nets motifs noirs et blancs ont les rémiges primaires internes très allongées, atteignant une taille comprise entre 50 et 70 centimètres.

Parmi les espèces d'engoulevents vivant en Amérique figurent l'engoulevent de Caroline, l'engoulevent pauraqué, l'engoulevent de Nuttall, l'engoulevent aztèque, l'engoulevent de la Jamaïque ou engoulevent à lunettes, l'engoulevent grouillécor, l'engoulevent ocellé, l'engoulevent du Yucatan et l'engoulevent bois-pourri.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MIGRATIONS ANIMALES

    • Écrit par Valérie CHANSIGAUD, Jean DORST
    • 11 698 mots
    • 17 médias
    ...une série de zones climatiques sont disposées régulièrement de part et d'autre de l'équateur. Certains migrateurs ne traversent pas cette ligne, comme l'engoulevent à balancier (Macrodipteryx longipennis) qui niche dans une bande longeant la forêt équatoriale du Sénégal au Kenya et migre vers le...

Voir aussi