ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

ELISA est l’acronyme d’enzyme-linked immunosorbent assay, ou encore « dosage immuno-enzymatique sur support solide ». Il désigne une méthode de dosage immunologique d’une substance – a priori quelconque du moment qu’il existe un anticorps capable de la reconnaître spécifiquement – en utilisant des anticorps. Cette méthode, mise au point en 1971 par Eva Engvall (née en 1940) et Peter Perlmann (1919-2005) de l’université de Stockholm, a supplanté toutes les méthodes antérieures.

Les tests ELISA reposent sur un principe simple. La molécule à doser (l’antigène), immobilisée sur un support solide est reconnue par son anticorps spécifique. Ce dernier peut être marqué par une enzyme dont la détection colorimétrique est aisée (méthode mise au point par Stratis Avrameas en 1969) ou par un fluorophore (technique de marquage des protéines à la fluorescéine utilisée depuis les années 1950), qui offre une très grande sensibilité de détection. Le complexe antigène-anticorps formé peut également être détecté par un anticorps qui reconnaît le complexe, le complexe ternaire final étant ensuite révélé de la même manière que précédemment.

Dosage de pesticides par un test ELISA

Photographie : Dosage de pesticides par un test ELISA

Photographie

On peut déceler la présence de pesticides, ici dans des céréales à usage alimentaire, en se servant d'un test immuno-enzymatique de type ELISA. Un anticorps reconnaissant un pesticide est fixé au fond des puits, l'échantillon à analyser est ajouté à l'anticorps, puis le complexe... 

Crédits : Javier Larrea/ Age Fotostock

Afficher

Dans la pratique, par exemple dans le cas de la recherche de la présence d’anticorps anti-VIH dans le sang (signe de l’exposition au virus), on utilise des plaques multi-puits dites de microtitration en matière plastique. L’antigène (une protéine du virus) est adsorbé au fond des puits ; la plaque est ensuite lavée avec un détergent ; les sites de fixation non spécifique de la matière plastique sont saturés avec une solution de lait en poudre dégraissé, substance qui sature tous les sites de fixation non spécifiques, et qui de plus est peu onéreuse ; puis la plaque est lavée de nouveau avec un détergent. Les puits sont ensuite recouverts avec des dilutions sérielles du sérum humain à tester dans un sérum animal neutre, de façon à assurer une concentration en protéines constante. On laisse en contact quelques minutes puis on lave la plaque de façon à enlever le sérum non fixé. On ajoute ensuite une soluti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay)  » est également traité dans :

DENGUE

  • Écrit par 
  • Philippe DESPRÈS
  •  • 2 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le diagnostic de la dengue au laboratoire »  : […] Les analyses réalisées au laboratoire sont essentielles pour le diagnostic de la dengue, dont les signes cliniques varient sensiblement selon les individus et la sévérité de l'infection virale. Le sérum, le sang total ou le plasma sont souvent utilisés pour la recherche d'une infection par le virus de la dengue. Pendant la phase aiguë de la maladie, la virémie est recherchée par PCR en temps réel […] Lire la suite

IMMUNOCHIMIE - Réaction antigène-anticorps

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Immunoanalyse par les méthodes immunoenzymologiques »  : […] Cette méthodologie d'immunodosages quantitatifs fondée sur l'interaction primaire Ag-Ac est, à l'heure actuelle, une des plus utilisées en immunoanalyse. Elle a été proposée pour la première fois en 1971 par trois équipes de recherche : en France par Avraméas et Guibert, aux Pays-Bas par Van Weeman et Schnurs et en Suède par Engvall et Perlmann qui l'ont décrite sous l'acronyme Elisa (pour Enzym […] Lire la suite

MALADIE DE LYME

  • Écrit par 
  • Nathalie BOULANGER
  •  • 6 250 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Diagnostic bactériologique chez l’homme »  : […] Le diagnostic de la borréliose de Lyme est avant tout clinique et s’effectue le plus souvent à la phase précoce localisée avec l’observation de l’érythème migrant. La recherche directe des bactéries dans une biopsie cutanée est possible mais, celles-ci étant toujours en très faible nombre, une culture sur huit à douze semaines et une identification par PCR s’avèrent nécessaires. À ce stade, il n’e […] Lire la suite

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 018 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Identification du virus »  : […] Le diagnostic visuel, qui s'appuie sur l'observation des symptômes, permet souvent d'identifier un virus. Toutefois, dans de nombreux cas, cette observation reste insuffisante si les symptômes sont difficilement reconnaissables, voire invisibles à l'œil nu. On peut alors avoir recours au microscope électronique, qui permet de visualiser les particules virales dont la morphologie est souvent typiqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elisa-enzyme-linked-immunosorbent-assay/