ERWITT ELIOTT (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe américain, membre de l'agence Magnum depuis 1953, Elliott Erwitt dépeint ses contemporains avec empathie et malice. Doué d'une rare intelligence des situations, il sait toucher des sentiments universels. Ses images sont directes, immédiatement compréhensibles, sans effets de style apparents. Son appareil photographique l'accompagne à chaque instant. Ses terrains d'observations sont la rue, les musées, la plage ou les jardins publics. Dans son petit théâtre de l'absurde, le chien domestique occupe une place de choix. « Faire rire les gens est une des plus parfaites réussites qu'on puisse espérer » répète-t-il avec modestie. Cette image de dilettante dissimule mal un regard subtil, un humanisme ponctué d'un solide sens de l'humour et de la dérision.

Fils d'émigrés russes, Elio Romano Erwitz est né à Paris en 1928. Jusqu'à l'âge de dix ans, il passe son enfance en Italie. Sa famille rejoint New York en 1939, puis Los Angeles, où il suivra des études de photographie et de documentariste. Durant l'année 1949, ses voyages en Italie et en France marquent le début de sa carrière professionnelle. Recruté par l'armée américaine en 1951, il témoigne de la vie du soldat mobilisé aux États-Unis, en Allemagne et en France. Au New Jersey, il réalise le célèbre cliché montrant un soldat américain noir en patrouille tirant la langue au photographe (New Jersey, 1951). Moment de complicité clownesque, l'instant choisi par Elliott Erwitt écarte toute critique politique. Cette posture qui consiste à ne voir que le bon côté des choses, à accorder plus de place à l'individu qu'au groupe ou à la société, deviendra une constance de son œuvre. Chaque individu offre, suivant ses mots, « un gibier de rêve pour un photographe toujours à l'affût de nouvelles images volées ». Ainsi tournera-t-il le dos à ses premières images empreintes d'un doute existentiel proche de Robert Frank.

Alors qu'il n'a pas de connaissances professionnelles particulières, il rencontre Edward Steichen et Roy Stryker [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : graphiste, photographe, enseignant en histoire de la photographie, diplômé de l'École nationale de la photographie, Arles

Classification


Autres références

«  ERWITT ELIOTT (1928- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_50021

Pour citer l’article

Noël BOURCIER, « ERWITT ELIOTT (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eliott-erwitt/