DECAZES ÉLIE duc (1780-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un lieutenant au présidial de Libourne (Gironde), juge au tribunal de la Seine (1805), conseiller à la cour impériale de Paris (1810), attaché à la maison de Madame Mère puis à Louis Bonaparte, Decazes prend parti avec éclat contre l'Usurpateur lors du retour de Napoléon en mars 1815 ; cela lui vaut d'être relégué pendant les Cent-Jours, mais, en revanche, de connaître une brillante carrière après le second retour du roi. Nommé préfet de police (7 juill. 1815), il obtient de faire directement ses rapports au roi, qui répugnait à voir en tête à tête le régicide Fouché qu'il avait été contraint d'accepter comme ministre de la Police. Aimable et séduisant, Decazes s'insinue dans les bonnes grâces de Louis XVIII, qui finit par lui porter un attachement extravagant, l'appelant son « cher fils », le couvrant de bienfaits, embrassant avec ardeur ses amitiés et inimitiés politiques et privées. Appelé, le 24 septembre 1815, à remplacer Fouché, il conservera le portefeuille de la police pendant toute la durée du ministère Richelieu : il s'y fait l'instrument de la politique royale tendant à combattre le parti ultra-royaliste afin de rallier les éléments hostiles à la monarchie. Il accentue encore cette politique lorsque, après la retraite de Richelieu en 1817, il devient le véritable chef du gouvernement, d'abord comme ministre de l'Intérieur, puis comme président du Conseil (nov. 1819).

Au début de 1820, voyant l'échec de sa tentative, il négocie un rapprochement avec la droite. Mais l'assassinat du duc de Berry (13 févr. 1820), dont il est rendu injustement responsable (« Le pied lui a glissé dans le sang », dira Chateaubriand), oblige Louis XVIII à se séparer de son favori, qu'il fait duc et ambassadeur à Londres. L'arrivée au pouvoir des ultras, en décembre 1821, met fin à sa carrière politique, bien qu'il siège à la Chambre des pairs jusqu'en 1848. Le centre métallurgique de Decazeville est sa création.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DECAZES ÉLIE duc (1780-1860)  » est également traité dans :

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] La crise des Cent-Jours avait aggravé la situation de Louis XVIII. Les Alliés vainqueurs s'interrogèrent même sur une nouvelle restauration des Bourbons et imposèrent des conditions de paix très dures, le contrôle des actes du gouvernement par un comité des ambassadeurs des quatre grandes puissances s'ajoutant à une occupation partielle du territoire. Surtout, elle avait exaspéré la haine des roy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_39287

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « DECAZES ÉLIE duc (1780-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-decazes/